Les précieuses ridicules

par

Résumé

            Scène première

            La Grange et Du Croisy, deux aristocrates, sortent de chez Magdelon et Cathos, respectivement fille et nièce de Gorgibus, un bon bourgeois. La Grange se montre très contrarié par le traitement qu’elles leur ont infligé. Selon lui, leurs mauvaises manières sont le fait de la préciosité, et ces jeunes femmes méritent une leçon. Il compte pour ce faire utiliser son valet, Mascarille, un extravagant qui se fait passer pour un homme de condition en arborant mauvais vers et galanterie.

           

            Scène II

            Gorgibus vient demander aux deux hommes comment s’est passée l’entrevue. La Grange répond poliment mais sèchement. Le bourgeois comprend à cette attitude que les choses se sont mal passées, et tient à savoir pourquoi. Il appelle Marotte, la servante des jeunes femmes.

             

            Scène III

            Marotte lui apprend que Magdelon et Cathos sont en train de se remaquiller. Gorgibus rage car tous ces artifices lui font perdre beaucoup d’argent.

 

            Scène IV

            Les deux jeunes femmes paraissent et Gorgibus se renseigne sur l’entrevue. La Grange et Du Croisy n’ont pas plu à mesdames car ils n’ont respecté aucun code de la galanterie : ils ont parlé d’emblée de mariage sans même avoir essayé de les séduire. Totalement aveuglées par la mode de leur temps, elles s’expriment comme si leur vie était un roman à composer selon les grands modèles précieux. Elles veulent même qu’on les appelle, en lieu et place de Magdelon et Cathos, Polyxène et Aminte. Gorgibus n’accorde aucun crédit à ces caprices et les menace de les mettre au couvent si elles refusent le mariage.

 

            Scène V

            Cathos et Magdelon se plaignent de la bassesse d’esprit de Gorgibus en des termes alambiqués qu’elles croient sophistiqués : « que ton père a la forme enfoncée dans la matière ! ».

 

            Scène VI

            Elles sont interrompues par Marotte, qui annonce l’arrivée du « marquis de Mascarille ». Impressionnées par le statut de marquis, les jeunes femmes demandent à ce que Marotte le fasse entrer au plus vite. Elles sortent pour s’apprêter.

 

            Scène VII

            Mascarille est amené par deux porteurs qui lui demandent de l’argent. Il les paie de soufflets.

 

            Scène VIII et IX

            Marotte annonce l’arrivée des deux précieuses qui commencent à bavarder avec Mascarille, lequel les flatte en parlant la même langue qu’elles, et en outre les impressionne en faisant démonstration de ses talents – tout relatifs – de poète. Les deux jeunes femmes se laissent peu à peu séduire.

 

            Scène X

            Marotte annonce l’arrivée du vicomte de Jodelet, que Mascarille désigne comme un vieil ami. Dans les faits, il s’agit du valet de Du Croisy.

 

            Scène XI

            Jodelet rentre dans le jeu de Mascarille, et les deux compères évoquent des souvenirs de guerre rocambolesques. Les deux jeunes femmes appellent des violons pour égayer la discussion.

 

            Scène XII

            Les violons arrivent, et des servants avec de la boisson – une manière de bal impromptu se met en place. Les quatre précieux dansent.

 

            Scène XIII

            Du Croisy et La Grange font alors irruption. Ils disent avoir cherché Mascarille et Jodelet partout, et les battent, en sous-entendant qu’ils ne sont pas ce qu’ils prétendent être.

 

            Scène XIV

            Magdelon et Cathos sont choquées de voir que ces deux hommes qui se présentaient comme si valeureux se soient laissés faire. Jodelet et Mascarille expliquent qu’ils n’ont pas voulu trop s’emporter.

 

            Scène XV

            La Grange et Du Croisy reparaissent. Ils révèlent que Mascarille et Jodelet sont leurs laquais, et les dépouillent de leurs apparats. D’un ton plein de sarcasme, ils demandent aux jeunes femmes si, dans leurs habits de laquais, les deux imposteurs leur plaisent toujours, puis  sortent. Les violons demandent à être payés, mais Mascarille et Jodelet n’ont rien.

 

            Scène XVI

            Gorgibus survient, en colère contre les deux jeunes femmes, lesquelles jurent de se venger du mauvais tour qu’on leur a joué. Mascarille et Jodelet de leur côté sortent humiliés.

 

            Scène XVII

            Gorgibus paie les violons et peste contre Magdelon et Cathos : la famille sera la risée de tout le monde désormais. Il les chasse violemment : « Allez vous cacher, vilaines ; allez vous cacher pour jamais. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >