L’Étrangleur de Cater Street

par

Accès complet et GRATUIT à cette fiche de lecture pour nos membres.

Anne Perry

Anne Perry est une
écrivaine anglaise spécialisée dans les romans policiers historiques, dont la
plupart mettent en scène des personnages évoluant à l’ère victorienne, dont ses
deux enquêteurs les plus connus, Thomas Pitt et William Monk, dont les
aventures se sont vendues à des millions d’exemplaires.

 

Origines,
jeunesse et vie avant la publication

 

Anne Perry est le nom de plume de Juliet Marion Hume, née en 1938 à
Blackheath, près de Londres en Angleterre. Son enfance est maladive ; sa
tuberculose pousse ses parents à l’envoyer vivre aux Bahamas à huit ans. Elle
les rejoint ensuite à dix ans sur une île de Nouvelle-Zélande, pays où son père,
un physicien nucléaire renommé, a été nommé recteur. Ces déplacements lui
valent trois années scolaires de retard mais sa mère lui avait déjà appris à
lire et à écrire à quatre ans. Sa grande passion pour les livres date de son
plus jeune âge. En Nouvelle-Zélande elle fréquente le collège pour filles de
Christchurch mais à treize ans, des récidives
de sa maladie la poussent à quitter à nouveau l’école, et ce définitivement.
Elle déclarera que ses parents l’ont néanmoins beaucoup encouragée, et que
c’est cela qui l’a aidée à s’en sortir. Son père notamment l’a poussée à
coucher ses idées sur le papier.

Son adolescence est marquée par le meurtre
qu’elle commet avec sa meilleure amie, Pauline, dont la mère est tuée par les deux
jeunes filles à coups de brique. Les parents de Pauline étaient alors en
instance de séparation et elle devait partir pour l’Afrique du Sud. Les deux
adolescentes, s’étant créé un monde imaginaire bien à elles, ayant noué des
liens obsessionnels, ne pouvaient envisager de se séparer. À l’issue de leur
procès, elles sont condamnées à de la prison ferme sans qu’une durée soit
prononcée. Leur détention dure selon le bon vouloir du ministre de la Justice –
ce que permettait la loi néo-zélandaise – et elles sont relâchées au bout de
cinq ans. Cet épisode de la vie d’Anne Perry fournira la trame du film Créatures célestes (Heavenly Creatures, 1994) réalisé par Peter Jackson. Ce n’est que
quelques mois après la diffusion du film que le public apprend que la
romancière Anne Perry est la jeune fille dont Kate Winslet incarne le rôle.

Une fois relâchée de prison, Juliet Hulme part
pour l’Angleterre où elle devient hôtesse de l’air. Elle multipliera les
métiers, dans la vente, l’assurance ou la location de limousines. Mais pendant
toute cette période, le seul métier qu’elle parvient à envisager sérieusement
reste l’écriture. Et c’est dans sa vingtaine qu’elle commence à rédiger un
livre pour la première fois, un manuscrit qui deviendra Tathea et qui ne sera publié qu’en 1999. Elle écrit de nombreux autres
livres avant d’enfin parvenir à être publiée en 1979.

 

Thèmes
majeurs, centres d’intérêt

 

Anne Perry est principalement connue pour ses
romans policiers historiques dont l’action se déroule pendant l’ère victorienne
– sur une suggestion de son beau-père –, dans le Londres des années 1880 et
1890 pour la série « Thomas Pitt », et dans celui des décennies 1850
et 1860 pour la série « William Monk ». Dans ces œuvres, l’auteure
s’érige contre la bienséance pudibonde qui régnait à cette période. L’ère
victorienne fascine en outre Anne Perry de par les aspects à la fois sordides
et glamour qu’elle mêle. Cette variété est aussi celle de Londres, capitale
d’un immense empire, grand port mondial où se réunissent gens et biens de tous
les coins du globe, lieu fécondé par l’énergie et l’optimisme où est
perceptible l’éclosion d’un monde moderne.

Anne Perry dit s’intéresser tout
particulièrement à l’évolution de personnages qui subissent la pression d’une
enquête, l’érosion de leurs relations, des sentiments de confiance qui
s’ensuit. Avec la série « Monk », Anne Perry dit avoir voulu créer et
explorer l’intériorité d’un personnage différent de Thomas Pitt, plus sombre,
et soulever des questions autour de la responsabilité, particulièrement quand sont
impliquées des actions dont une personne ne se souvient pas. Anne Perry veut par
là poser la question de l’identité et des liens entre sa construction et les
souvenirs.

Anne Perry est aussi une écrivaine fidèle à ses
personnages ; non seulement elle tisse des séries autour de personnages
récurrents, mais certains personnages secondaires de ses séries policières sont
devenus les enquêteurs des nouvelles policières de ses « histoires de
Noël », commencées à partir de 2003 avec La Disparue de Noël (A
Christmas Journey
). Cette série tourne autour de personnages en crise
pendant la période des fêtes et les récits se terminent comme des invitations manifestes
à la rédemption.

Outre l’ère victorienne, l’auteure s’est aussi
intéressée à la période de la Révolution française à Paris, comme dans Un plat qui se mange froid (A Dish Taken Cold, 2001) ; à la
Première Guerre mondiale dans sa série « Joseph et Matthew Reavley »
(2003-2007), qui tourne autour d’une fratrie d’abord mise en scène à la veille
du conflit ; ou à la ville de Byzance au XIIIe siècle dans Du sang sur la soie (
The Sheen on the Silk, 2010).

 

Regards
sur les œuvres

 

         Série autour de Thomas Pitt

 

Le titre de chacun des tomes de cette série signale
au lecteur le lieu où a été commis le crime sur lequel Thomas Pitt va enquêter.

L’Étrangleur de Cater Street (The Cater Street Hangman, 1979)
est la première œuvre d’Anne Perry à mettre en scène l’agent de police Thomas
Pitt, lequel enquête sur une série de meurtres par étranglement qui le mène à
rencontrer la famille Ellison et ses trois jeunes filles dont la puînée,
Charlotte, n’a que faire de l’étiquette rigide de la société victorienne ;
elle apparaît ainsi comme une véritable suffragette avant l’heure. L’enquête
devient le prétexte à une analyse des mœurs de l’époque, des règles qui
régissent les interactions sociales et les questions de mariage notamment.
Charlotte, charmé par l’intelligence de l’homme, épousera Thomas Pitt
qui socialement ne valait pourtant pas grand-chose pour sa famille.

L’Inconnue de Blackheath (Death on Blackheath, 2014) est le
vingt-neuvième tome de la série. Thomas Pitt, qui se charge ordinairement, à
travers la Special Branch, d’affaires de renseignement et de contre-espionnage,
se voit confier des enquêtes qui lui semblent mineures, tournant autour d’un
expert en armement naval et de la disparition de sa bonne. Quand le corps
mutilé d’une jeune femme est retrouvée quelques semaines plus tard, Pitt se
rend compte qu’il se trouve sans doute face à une conspiration de grande
ampleur, et il va avoir besoin de toute l’aide de sa femme Charlotte et de ses
alliés pour résoudre ce mystère sur fond d’une Grande-Bretagne qui, en 1897,
est lancée dans une course à l’armement et doit lutter contre les espions et
les traîtres.

 

         Série autour de William Monk

 

Un étranger dans le miroir (The Face of a Stranger, 1990) débute la série « William
Monk », du nom d’un inspecteur de police qui dans ce premier tome se réveille
à l’hôpital après avoir été agressé. Devenu amnésique, il va devoir mener deux
enquêtes : l’une sur ce qui lui est arrivé, et l’autre sur l’assassinat d’un
aristocrate héros de la guerre de Crimée – tâche difficile car ses talents de
détective ont disparu avec ses souvenirs. Dû à la personnalité de Monk, le ton
est ici plus cynique, plus sarcastique que dans la série « Thomas
Pitt ». C’est dans ce premier tome que Monk rencontre Hester Latterly, une
infirmière qui a servi aux côtés de Florence Nightingale durant la guerre de
Crimée. Même si Monk ne l’apprécie pas de prime abord, il finit par trouver sa
perspicacité utile lors de ses investigations et il l’épousera quatre ans plus
tard.

A Sunless Sea (Une mer sans soleil, 2012), le dix-huitième roman de la série, montre
Monk en train d’enquêter après la découverte du corps mutilé d’une femme sur
les bords de la Tamise. À travers le docteur Lambourn – mort récemment, qui
était en faveur d’un nouveau médicament capable de diminuer la consommation
d’opium (dont l’usage comme médicament est souvent détourné à l’époque) –, lié
à la morte, Monk va se trouver plongé au cœur des réseaux du trafic d’opium et de
la corruption qui le rend possible.

Presque tous les romans de cette série mettent en
scène de longues scènes de procès, Anne Perry mêlant ainsi le genre de la fiction
judiciaire – particulièrement goûté par le lectorat américain – à celui du
roman historique.

        

Autres œuvres

 

Tathea (1999) et Come Armageddon (2001) sont
deux œuvres présentées par l’auteure elle-même comme les reflets les plus
fidèles de ses croyances philosophiques et religieuses. Ces deux ouvrages ont
donc pour elle un statut particulier. Aux questions qu’elles lui ont valu, elle
a répondu qu’elle était en effet mormone, et ce depuis quarante ans.

Du sang sur la soie (The Sheen on the Silk, 2010) a pour cadre la Byzance du XIIIe siècle qui permet
une rencontre entre les cultures occidentale et orientale. Une apothicaire,
Anna Zarides, travestie en eunuque, y mène l’enquête pour prouver l’innocence
de son frère Justinien, accusé d’avoir tué un aristocrate influent – enquête
qui la mène à percer les secrets de sommités comme l’évêque Constantin ou
l’empereur en personne. Le roman historique, de pas loin de mille pages, s’attache
à restituer l’atmosphère des violentes luttes internes qui agitent alors un
empire convoité par Rome.

 

« Charlotte
Ellison se tenait au milieu du salon désert, le journal à la main. Son père
avait commis l’imprudence de le laisser traîner sur la desserte. Il
désapprouvait ce genre de lecture, préférant lui fournir des informations qui
lui semblaient mieux convenir à l’éducation d’une jeune fille. Cela excluait
les scandales, l’ordre politique ou personnel, les controverses de toute nature
et, bien entendu, les crimes : tout ce qui, en fait, présentait un intérêt
! »

 

Anne Perry,
L’Étrangleur
de Cater Street
, 1979

Inscrivez-vous pour trouver des essais sur Anne Perry >