Mémoires de mes putains tristes

par

Les réminiscences d’une vie de débauche

Avec l’amour, le vieil homme a découvert quelque chose qu’il ne connaissait pas auparavant. En conséquence, il s’est désormais mis à envisager la vie et les sentiments d’une manière différente. L’on a parfois tendance à penser qu’à 90 ans, on sait à peu près tout de la vie. Ce n’est pas forcément vrai dans la mesure où il y a toujours la possibilité d’apprendre de nouvelles choses. De plus, les personnes ayant un âge avancé ont tendance à faire une espèce de bilan de leur vie au fur et à mesure qu’elles vieillissent. Et c’est bien souvent à ces moments-là qu’elles s’aperçoivent des erreurs qu’elles avaient pu commettre. Sur le plan amoureux par exemple, le vieillard se souvient « ….J'avais toujours choisi mes fiancées d'une nuit au hasard, plus pour leur prix que pour leurs charmes, et nous faisions l'amour sans amour, la plupart du temps à demi vêtus, et toujours dans le noir pour nous imaginer plus beaux que nous ne l'étions ». Le constat de cette différence n’aurait sans doute pas été possible sans la découverte de l’amour, ce qui prouve qu’avec ce sentiment, le héros a en quelque sorte pris un nouveau départ dans son existence.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les réminiscences d’une vie de débauche >

Dissertation à propos de Mémoires de mes putains tristes