Mémoires de mes putains tristes

par

L’irruption inattendue de l’amour

Nous avons présenté plus haut le dessein du personnage central du roman « Mémoire de mes putains tristes ». Au regard de la morale, le caractère répréhensible d’un tel acte ne saurait être nié. De plus, les personnes pour qui le romantisme occupe une place de choix ne pourraient s’empêcher d’être choquées à l’idée d’une sexualité sans amour. Mais il convient quand même de dire que sur ce coup, Gabriel Garcia Marquez s’est certainement inspiré de l’évolution actuelle de nos sociétés où les sentiments n’ont plus vraiment leur place. Seules comptent les expériences sexuelles dont le caractère égoïste est plus qu’évident. Cependant, malgré cette réalité, l’amour a ceci de particulier qu’il arrive à toucher le genre humain au moment où il s’y attend le moins. Peu importe que les sujets soient sensibles ou non, l’amour a un caractère incontrôlable et apparait au moment où l’on s’y attend le moins. C’est donc à sa propre surprise que le héros qui voulait s’offrir une nuit d’amour en compagnie d’une adolescente vierge s’est découvert des sentiments pour la fille qui  ne devait être qu’une partenaire d’un soir. Il fera d’ailleurs l’aveu que voici : « Cette nuit-là, j'ai découvert le plaisir invraisemblable de contempler le corps d'une femme endormie sans l'urgence du désir ni les inconvénients de la pudeur ». L’amour était donc apparu dans son existence comme pour contrarier ses plans initialement malsains, ce qui semble...

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’irruption inattendue de l’amour >

Dissertation à propos de Mémoires de mes putains tristes