No pasarán

par

Andreas

Andreas est le plus âgé du trio d’amis. Il a l’apparence imposante d’un colosse au crâne rasé, fait souvent montre d’une attitude insolente, et c’est sans doute le plus féru de jeux vidéo des trois garçons. Il est assez renfermé sur lui-même et se replie particulièrement sur les jeux vidéo violents. Les descriptions de lui en train de jouer montrent à quel point il apprécie la violence. Il ne fait pas toujours la différence entre fiction et réalité, surtout à la fin du livre, quand il jouit de pouvoir entrer dans le jeu vidéo et de tuer « pour de vrai » ses amis.

Il voudra fabriquer une bombe pour exterminer ceux qui le rendent jaloux quand ils les observent être heureux (Gilles, Elena, Éric et Thierry). On ne sait pas vraiment s’il a conscience de ses actes ou s’il veut reproduire dans la réalité ce qu’il a l’habitude de faire dans les jeux vidéo.

Il a été élevé avec des idées racistes. Son père ne le réprimande pas quand il pose une bombe en cours de maths, il est plutôt fâché que son fils se soit fait remarquer à ce moment-là. Cependant à la fin du livre, l’histoire se retourne contre Andreas quand, au lieu d’être, dans le jeu, le...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Andreas >

Dissertation à propos de No pasarán