Oeuvres poétiques

par

L’inspiration religieuse : le lien entre la philosophie antique et le christianisme

Mais l’idée que Lamartine veut surtout faire passer dans La Mort de Socrate, c’est l’aspectprécurseur du christianisme de la philosophie de son héros – « unavant-goût du christianisme près d’éclore », comme il le dit lui-même. Onne saurait nier la dimension chrétienne de son œuvre. Il ne faut pas oublierque le titre complet des Méditationsqui firent sa gloire est Méditationspoétiques et religieuses, même si l’on oublie souvent la deuxième partie.En cela Lamartine s’apparente bien à Chateaubriand, ainsi que son sentimentalisme.Il ne serait pas impossible de voir en Lamartine un descendant poétique del’auteur du Génie du Christianisme.Mais Chateaubriand demeure un enfant du XVIIIème siècle qui fait figure deprécurseur de la révolution romantique ; Lamartine, lui, embrasse leXIXème. Même s’il garde certaines des formes et des conventions de sesprédécesseurs, Lamartine est pleinement romantique, alors que son aîné, commeGoethe, garde encore sa lignée classique.

La chrétienté de Lamartine ne signifie pas nécessairement« bon catholique », plusieurs de ses œuvres se retrouveront àl’Index. C’est à l’idée générale plutôt qu’aux dogmes et aux rituels qu’il serallie. En bon enfant du siècle, il y a une dimension déiste à sa penséereligieuse. Surtout, il rejette les punitions de l’enfer et la croyance auxmiracles. C’est l’élévation de l’âme vers Dieu qui forme pour lui le cœur de lacroyance, mais cette élévation peut prendre bien des formes.

C’est ainsi que malgré l’aspect religieux de ses poèmes etson affirmation que l’âme s’élève contre l’empire des sens, Lamartine pose unregard voluptueux sur le corps des femmes et commente en détail leurs attraits.Sans jamais franchir la barrière du bon goût, il ne cache aucunement sonadmiration pour le beau sexe. En cela il est bien de sa génération : onpeut le comparer surtout à de grands peintres de l’époque; Boucher ouFragonard, qui reproduisent le corps féminin avec toute la douceur possible aupinceau, mais en sublimant la dimension libertine des grands maîtres duXVIIIème siècle. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L’inspiration religieuse : le lien entre la philosophie antique et le christianisme >