Peau de chagrin

par

Le Talisman

Le roman s'ouvre sur une longue description des maisons de jeu, de leurs coutumes et de leurs clients. Le panorama se suspend alors, tout comme la vie dans la pièce décrite, à l'arrivée d'un jeune homme étrange. Cette figure sans vie soulève de nombreuses théories chez les clients de la maison : est-ce le jeu, ou les études qui en sont responsables ? Mais une passion plus grave dévore la physionomie et l'énergie de cet homme, passion que ne révèle pas le narrateur. Ce jeune homme perd son argent au jeu et les autres joueurs pensent qu'il va se suicider : une longue réflexion du personnage prend alors place sur le suicide, retrace sa promenade dans Paris qui le mène au lieu de sa mort fantasmée.

         « Cet homme presque mort » rentre soudain chez un marchand de curiosités, où il compte flâner une dernière fois avant sa mort. Au milieu de l'avalanche d'objets insolites, il trouve une boîte dont la clé se trouve chez le propriétaire ; le vendeur s’en va la chercher. Mais c'est le propriétaire qui vient en personne. Son apparence fantastique impressionne le jeune homme. Alors que ce nouveau venu lui a montré le contenu de la boîte – un portrait de Raphaël –, l'inconnu annonce qu'il n'a plus qu'à aller mourir, puisqu’il a satisfait sa dernière curiosité. Le vieil homme ne comprend pas, le questionne sur les raisons de sa décision, et finit par lui intimer de regarder la « peau de chagrin » – du nom...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le Talisman >

Dissertation à propos de Peau de chagrin