Pleine lune

par

L'inspecteur

Personnage très mystérieux, le lecteur n’en saura jamais le nom. Son caractère et son histoire nous sont dévoilés au fur et à mesure du livre, par simples bribes. Ainsi, nous savons que c’est un homme d’une cinquantaine d’années, qui vient du Nord de l’Espagne, d’un naturel très renfermé. Peu expressif, il vit dans une bulle qu’il s’est construite pour ne plus être atteint par ce qui l’entoure. Malheureux en amour, menacé au travail, il demande sa mutation dans une petite ville où il sera bientôt chargé d’enquêter sur le meurtre de la jeune Fatima et l’enlèvement de Paula, une jeune adolescente de onze ans.

Son quotidien est fait de méfiance et de contrôle, il ne se laisse jamais aller : tout est calculé et rien ne peut interférer dans sa vie. En enquêtant sur le meurtre de Fatima, en réalisant ce qu’elle a dû subir dans ses derniers instants, il s’aperçoit soudainement que ce n’est pas du courage dont il fait preuve face au monde mais d’une indifférence identique à un état de mort. Il ne vivait plus la vie, il passait à travers elle : « il y avait quelque chose en moi qui en réalité n’était jamais ému, et moi je prenais cela pour de la force de caractère, pour du courage physique, mais ce n’était pas cela, c’était de l’indifférence. […] Ce n’était pas du courage que j’avais, toutes ces années passées, quand je pensais avoir dompté la peur et que cela ne m’importait guère d’être tué, c’est que je ne connaissais pas la différence entre être vivant et être mort. » Plutôt que de vivre et de risquer d’être blessé, il a revêtu inconsciemment un manteau d’indifférence qui l’empêche d’avoir des collègues, des amis. Il s’est mis progressivement au ban de la société.

L’évolution de ce personnage au court du roman est complexe mais évidente : il prend conscience de beaucoup de choses aussi bien sur le plan professionnel que personnel, notamment au travers de sa rencontre avec Susana et le meurtrier de Fatima.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L'inspecteur >