Quand j'avais cinq ans je m'ai tué

par

Le style du roman

C’est un roman dramatique. Le narrateur est un enfant qui écrit avec un style très enfantin, compilant fautes de grammaire et inventions de mots. Malgré la traduction du roman, le style initial est conservé, sans lourdeur excessive. Le gamin, Gil, explique comment il s'est retrouvé enfermé dans un centre psychiatrique pour enfants : “Je suis ici à cause de ce que j'ai fait à Jessica. Je saigne encore du nez mais ça fait pas mal, mais j'ai la figure noire et bleue sur la joue. Ça fait mal. J'ai honte."

Gil enchaîne les phrases, parle beaucoup de détails insignifiants comme des faits qu'il ne comprend pas. Son récit dérive parfois des inventions enfantines dans lesquelles il se bat contre des singes, conduit une voiture jusqu'à Miami et parle avec ses peluches.

Il est considéré comme un enfant instable, ayant une attitude "sociopathe et destructrice". Mais il est avant tout un enfant, écrasé par un monde qui le dépasse, celui des adultes. Et il n'est pas aussi instable qu’on le dit.

Le personnage de Gil est poignant et cela tient entre autres au langage que l'auteur utilise. Toute l'histoire est décrite à partir des yeux du petit garçon et donc les dialogues entre enfants et la vision qu’il a des choses sont retranscrites avec son langage, son vocabulaire et sa syntaxe. Et pour mieux suivre ce qui se passe dans la tête de Gil, l'auteur alterne les chapitres qui se passent dans le service de psychiatrie et ses histoires chez lui, avant la faute qui mena à son internement.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le style du roman >

Dissertation à propos de Quand j'avais cinq ans je m'ai tué