Ravage

par

L’inspiration de l’auteur

Si Barjavel tire tout d’abord son inspiration de souvenirs personnels, il inscrit également son œuvre dans une grande tradition cataclysmique, fondée sur la prédiction d’une fin au monde.

Premièrement, l’auteur est marqué par de difficiles souvenirs de sa jeunesse, durant laquelle, antimilitariste, il a été obligé d’être incorporé à l’armée. Les humiliations, la brutalité et l’intolérance des sous-officiers l’ont fortement marqué et incité à aller plus loin dans ses convictions. Il écrit tout d’abord, en guise de première œuvre, François le Fayot, dans laquelle il dénonce cette inhumanité qu’il a découverte au sein du corps militaire. L’aversion qu’il se découvre pour ce système s’étend à une conscience précise d’une société malade et totalement indépendante de l’humain. En effet, il explique très précisément, lors d’un entretien avec Jérôme le Thor : « Je me suis aperçu, à un moment donné, à quel point cette société si développée, si puissante, capable de faire des guerres formidables, était vulnérable. Pourquoi ? Parce qu'elle dépend entièrement de l'énergie. J'ai donc écrit une histoire, au début de l'Occupation, dans laquelle une civilisation connaît soudain une privation totale de ses sources d'énergie ». Ainsi, Ravage s’inspire directement de notre société qui bâtit dangereusement sa puissance sur une ressource qui n’est pas infaillible.

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’inspiration de l’auteur >

Dissertation à propos de Ravage