Stupeur et tremblements

par

Résumé

Stupeuret Tremblements est un récitautobiographique d’Amélie Nothomb publié en 1999. Il raconte l’histoired’Amélie, une jeune femme belge qui a vécu sa petite enfance au Japon et qui décided’y retourner après ses études. Elle connaît parfaitement la langue nippone et devientl’employée de la société Yumimoto.

Sonsupérieur, Monsieur Saito, lui ordonne de commencer par écrire une lettre enanglais pour Adam Johnson, afin qu’il accepte de jouer au golf avec lui.Amélie-san doit recommencer cette lettre de nombreuses fois en réponse devantles petits cris exaspérés de Monsieur Saito qui déchire ensuite la lettre sansqu’elle n’en comprenne la raison.

Laprotagoniste rencontre ensuite sa supérieure directe, Fubuki, une Japonaise d’unetrès grande beauté. Elle commence par lui fournir des documents, des règlementsà lire. Amélie-san se met alors à apprendre la liste du personnel par cœur.Puis les jours passent, et elle se rend compte qu’elle n’a pas de fonctionsparticulières dans l’entreprise, excepté servir les cafés.

Unjour, une importante délégation arrive et commande des cafés. Amélie-san lessert donc avec une grande humilité, prononçant des formules raffinées.Cependant, elle est convoquée par la suite dans le bureau de monsieur Saito quilui annonce qu’elle a indisposé les invités lors de cette réunion par samaîtrise parfaite du japonais. En effet, les collaborateurs ne peuvent sesentir en confiance si une blanche comprend leur langue. Monsieur Saito ordonnedonc à Amélie d’arrêter de comprendre le japonais (bien que ce soit pour celaqu’elle ait été embauchée) prétextant que le cerveau nippon, du moins, estcapable d’oublier une langue.

Laprotagoniste se met donc à servir les cafés sans prononcer un mot. Toutefois,cela ne lui prend pas beaucoup de temps et elle se met alors, en outre, àdistribuer le courrier. Cela lui permet de mettre à profit sa connaissance dela langue et du personnel. Elle passe régulièrement à côté d’une grande baievitrée ; étant au 48e étage, elle imagine de nombreuses fois sejeter dans le vide et adore la sensation que cela lui procure.

Amélieest convoquée une fois de plus dans le bureau de monsieur Saito, car elle apris l’emploi du véritable postier. Elle s’en excuse et demande l’autorisationde mettre à jour les calendriers. Elle s’acquitte de ce nouvel emploi avecplaisir et en profite pour divertir les employés – trop, au goût de monsieurSaito, car il l’autorise à continuer de mettre à jour les calendriers mais sansdivertir les employés.

Illui donne ensuite un énorme paquet de feuilles à photocopier. Amélie-sans’exécute mais monsieur Saito trouve que les photocopies sont décentrées et luiordonne de recommencer. Elle recommence donc, mais il lui répète toujours lamême chose alors qu’elle y a apporté un soin extrême et une grande attention.Il lui ordonne alors de ne pas utiliser la photocopieuse. Amélie fait donc lesphotocopies à la main, une par une. Il s’agissait en l’occurrence du règlementdu club de golf de monsieur Saito.

Ellerencontre le chef des produits laitiers, monsieur Tenshi, qui lui propose demener une étude sur le beurre allégé en prenant contact avec la Belgique oùAmélie a passé la plus grande partie de sa vie. Elle se met donc au travailavec passion et rédige le rapport en un temps record. Un flot de colère de lapart du vice-président s’abat sur les deux collaborateurs lorsqu’il apprend quec’est Amélie qui en a fait la rédaction. C’est Fubuki qui les a dénoncés, alorsque jusqu’ici, elle avait toujours montré une gentillesse sans faille pour laprotagoniste.

Fubukilui annonce alors une nouvelle affectation : elle devra classer desfactures par date, déterminer de quelle section elles dépendent afin de lesorganiser et de les consigner. Lorsqu’un de ses collègues vient pourinformatiser le système de factures, il se rend compte d’une erreurd’Amélie : elle a classé les factures GMBH toutes ensemble alors qu’il nes’agit que d’une abréviation signifiant « société ». Elle doit donctout remettre en ordre. Cependant il remarque que les montants recopiés sontégalement faux.

Deuxjours après, Fubuki trouve enfin une occupation à Amélie : celle-ci doitrefaire les additions des notes de frais et les convertir en marks, suivant lecours du mark le jour où les opérations sont effectuées. Toutefois, Amélien’est vraiment pas à l’aise à ce poste et doit rester deux nuits dans l’espoir definir au moins l’une des vérifications. La troisième nuit blanche, Amélie selaisse aller, accablée par la fatigue. Elle se met alors nue, fait le poirieret s’assoit dans le fauteuil de sa supérieure. Le froid s’empare d’elle, ellese rhabille, puis renverse le contenu d’une poubelle sur elle pour seréchauffer. Elle perd alors connaissance.

Ellese réveille à dix heures du matin ; toute l’entreprise a eu le temps de l’observerdans son étrange situation. Néanmoins elle n’est pas renvoyée. Elle passe alorsses journées à rêver et à analyser la société nippone.

Unjour, Fubuki se fait passer un savon extraordinaire par le vice-président,devant tout le personnel ; elle est humiliée. Après cela, Amélie n’a qu’unréflexe : aller réconforter Fubuki aux toilettes. Elle commet là une graveerreur ; si Fubuki a réussi à retenir ses larmes devant ses collègues, allerla voir alors qu’elle est dans cet état renforce un peu plus son humiliation.

Lelendemain, Fubuki montre à Amélie sa nouvelle affectation : assurer la propretédes toilettes la journée. Il reste sept mois à l’héroïne à tenir dans cetteentreprise. Elle décide de ne pas démissionner et d’assurer son travail avecbonne humeur.

Aumois de décembre, Amélie décide de déposer sa démission (comme il est d’usageau Japon) et donc d’en avertir un à un ses quatre supérieurs hiérarchiques lorsd’un entretien. Elle quitte la société le jour de la fin de son contrat, rentreen Europe et se met à écrire.

Deuxans après son expérience au Japon, Amélie reçoit un mot de Fubuki écrit enjaponais : « Amélie-san, félicitations. Mori Fubuki. »

Celivre a été écrit une dizaine d’années après l’expérience vécue au Japond’Amélie Nothomb ; l’histoire est authentique nous assure l’auteure.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >