Discours de bayeux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2778 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« La clé de voûte de notre régime, c’est l’institution d’un président de la République désigné par la raison et le sentiment des Français pour être le chef de l’État et le guide de la France. », cette phrase du général De Gaulle issu de l'allocution télévisé du 20 septembre 1962, allocution par laquelle le général annonçait sa volonté d'élire le Président de la République de la V République ausuffrage universel direct. La citation de Charles De Gaulle, résume parfaitement l'idée qu'il se fait de la République et reprend parfaitement ses idées qu'il pose dans le discours de Bayeux du 16 juin 1946. Ce discours est fondateur, en effet, pour la première fois le Général de Gaulle, avance ses pensées constitutionnelles, qu'il mettra en oeuvre avec la V République.
Le Général De Gaulle, né en1890 à Lille et décède en 1970 à Colombey-les-Deux-églises. Il entre en 1908 à l'école militaire de Saint Cyr, sort en 1912 et rejoint l'infanterie sous les ordres du Général Pétain. Il est, au début de sa carrière d'inspiration monarchiste, et opposé au régime parlementaire de la Troisième République.
Ayant gravi les échelons peu à peu, lorsqu'il part à Londres en 1940, il est alors général,depuis peu de temps, et s'oppose à l'abandon du combat prôner par le Général Pétain. C'est ainsi, que refusant l'ordre de revenir en France, il prit la parole et fit un discours le 18 juin 1940, à la BBC, l'Appel du 18 juin, dans lequel il refuse l'armistice et forme un gouvernement libre de Londres, afin de résister aux allemands. Il est alors rétrogradé, par le gouvernement Pétain et condamné àmort.
A la fin de la Guerre, la première ville libéré est Bayeux, le 16 juin 1944, et De Gaulle devient le réel libérateur et légitime son gouvernement. Il s'oppose, à la Constitution de la IV République, se retirant de la politique avant d'être rappelé en 1958, afin de résoudre le conflit de l'Algérie. Il en profite alors, pour mettre ses théories constitutionnelles à l'œuvre et est le principalinvestigateur de la V République. Il en sera le premier président, et démissionnera, le 28 avril 1969, le lendemain du revers du référendum sur le Sénat et la régionalisation. Il meurt un an plus tard.
Le Discours de Bayeux du 16 juin 1946, célébra les deux ans de la libération, de la ville par les alliés. De Gaulle profita de ce discours pour faire sa rentrée politique, six mois après sadémission du gouvernement provisoire. La France, est sans constitution, et le peuple a rejeté un premier projet de constitution, le 5 mai 1946. une seconde constituante s'est réunit, De Gaulle profite de ce discours pour l'influencer, et il en profite pour faire connaître ses idées constitutionnelles. Mais, l'histoire rapportera que la constituante ne le suivra pas et que l'exigence rapide d'uneconstitution débouchera sur un régime quasi semblable à la III République, condamné à l'échec.
Néanmoins, ce discours n'est pas dénué d'intérêt. En effet, il met en avances les idées constitutionnelles de De Gaulle. De plus, il indique clairement ses intentions, et pose les bases de la V République. Il évoque pour la première fois, un exécutif fort, mais différent de la III République. Il prône uneséparation équilibré des pouvoirs. Le discours de Bayeux est souvent considéré comme le « brouillon » de la V République.
On peut, ainsi, se poser les questions de savoir, en quoi le discours de Bayeux, met en avant les idées constitutionnel de De Gaulle et préfigure t-il des institutions de la V République?
Dans le discours de Bayeux, d'une part, De Gaulle rejette largement les régimesantérieures et en profite pour vanter un régime inédit (I), et d'autre part, De Gaulle, porte un projet synthétisant un pouvoir législatif nécessaire et un pouvoir exécutif restauré (II).

I La nécessité de rompre avec les régimes précédents afin de voir émerger une conception républicaine

Afin d'analyser, la conception qu'à De Gaulle de la République, il convient d'analyser, qu'il rejette...
tracking img