Dom juan, lecture analytique de la scène du pauvre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1839 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le libertin en action
§                     Après avoir affirmé, dans la scène précédente, que « deux et deux sont quatre… et que quatre et quatre sont huit » –assertion rationaliste énonçant ici sa seule croyance, Dom Juan est amené à faire la preuve de son impiété face aux hommes.
§                     Dans cet univers en mouvement constant dans lequel Dom Juan peut exercer son impitoyable« méchanceté », Molière fait revenir le peuple sur scène : après le Pierrot bafoué, les paysannes méprisées, c’est un pauvre anonyme et démuni qui subira les caprices du « grand seigneur méchant homme ».
***
Structure de la scène
§                     Le texte, très court, composée de courtes répliques, révèle une fois de plus, et avec une efficace rapidité, le désir effréné de séduction, maisaussi de domination qui anime le personnage-titre. Après la séduction amoureuse, ce sera ici une tentetive de séduction morale, en quelque sorte.
§                     La scène s’amorce par un échange apparemment anodin entre le seigneur et le pauvre, le premier devant s’enquérir du chemin à suivre. Au cours de cet échange, Dom Juan montrera son peu de générosité devant la misère humaine, quelque peuprovoqué par le mode de vie affiché de l’ermite (cf. la phrase de Sade, « Dieu est le seul tort que je ne puisse pardonner à l’homme »).
§                      Le libertin entreprend, dans l’étape suivante, de démontrer les contradictions inhérentes, selon lui, à la dévotion. Pratique coutumière de l’ironie : questionner – amener à la contradiction puis à la conclusion :« Voilà qui est bienétrange, et tu es bien mal reconnu de tes soins ».
§                     Dans un troisième temps, il aura recours à la corruption, mais à ce stade de l’ignominie morale, son entreprise échouera, et son esprit chevaleresque trouvera à s’employer, dans la scène suivante, en se portant au secours d’un « homme attaqué par trois autres ». « [La pièce] va de tableau en tableau comme [son héros] vad’aventure en aventure. » (Alfred Simon, Molière par lui-même)
 
La contestation
§                     L’orientation générale pour un projet de lecture de cette scène peut s’établir sur l’originalité et la puissance destructrice d’un personnage comme le Dom Juan de Molière : le libertinage moral s’accompagne, comme chez les grands libertins du XVIIIème siècle, d’un libertinage philosophique.§                     De la part d’un seigneur, toutes les valeurs qui fondent l’ordre féodal ancien sont contestées. Molière se devait de présenter sous sa forme vivante, de l’actualiser, de la visualiser, une revendication aussi audacieuse de la libre pensée. Celle-ci ne peut s’exprimer encore comme telle, restera donc peu élaborée, peu démontrée. C’est sans doute pourquoi le dialogue adopte une démarche plutôtgrossière, à la limite de la caricature.
 
Un « anti-libertin » ?
§                     Le personnage rencontré sur la route n’est peut-être pas noble, mais donne une impression de quelqu’un de qualité : un sage, un philosophe peit-être, ce qui justifierait le vouvoiement adopté par Sganarelle : « Enseignez-nous... » terme d’ailleurs très pédagogique, qui fait état davantage de la délivrance d’un savoirque d’une simple information sur la route à prendre.
§                     Les versions françaises antérieures du Festin de Pierre (Dorimond, Viliers) faisaient apparaître un pèlerin, comme si Molière avait, lui, davantage mis l’accente sur la dimension sociale du personnage et la portée philosophique de cette rencontre.
§                     L’apparence physique du « Pauvre » est suffisammenthumble pour que le valet l’apostrophe par « moncompère » et « l’ami » à la fin de la scène précédente. Son maître, quant à lui, sur un ton doucereux,opte résolument pour un tutoiement déférent : un grand d’Espagne ne s’abaisse pas à tant de politesse devant un inconnu. Il le fera tout-à-l’heure, à la scène suivante, devant un autre inconnu qui, lui, avait sorti l’épée, marque...
tracking img