Tous les matins du monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1852 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
l'ouverture de Fin de Partie
Sujet : en quoi l’ouverture de Fin de Partie vous semble-t-elle répondre et contrevenir à la fois aux codes habituels d’une scène d’exposition ?



Rappel de l’horizon d’attente du lecteur/spectateur habitué au théâtre classique :

• Division en actes et en scènes

• Fonctions de la scène d’exposition : susciter la curiosité, l’intérêt du lecteur/spectateur→ Présentation des personnages

→ Mise en place d’un décor permettant de situer le cadre spatio-temporel de l’action

→ Exposition des thèmes

→ Exposition de la tonalité générale de la pièce



Introduction :

• Entrée en matière sur le pouvoir cathartique du théâtre comme mimésis (cf. La poétique d’Aristote) : théâtre = représentation sur scène de la condition humaine par despersonnages en action. Théâtre = spectacle, distraction dont l’objectif est la mise à distance du sujet et la purgation des passions. Au théâtre, le verbe est action, c’est par les dialogues, répliques, monologues que l’actions prend forme.

• Présentation rapide de l’œuvre et de son auteur, de l’Absurde et de l’extrait.

• Problématique : prouver que c’est une exposition moderne, en rupture avecles schémas traditionnels de la dramaturgie mais qui met en œuvre l’essentiel de la pièce pour nous accrocher, nous surprendre, nous mettre en réflexion.

• Annonce du plan



Développement :



I. La présentation d’un cadre indéfinissable

II. La présentation de personnages particuliers

III. La négation de l’action, les thèmes et tonalités



I. La présentation d’un cadre :l’importance des didascalies



Petite introduction sur la place des didascalies dans la pièce

• Occupent la majorité du texte – indications de mise en scène et texte à part entière : Beckett considère que les didascalies doivent être respectées par le metteur en scène ; s’est souvent chargé lui-même de la mise en scène de ses pièces. Les didascalies intègrent les éléments spécifiques authéâtre (décor, gestes, mouvement, attitudes, voix, lumières, accessoires) qui sont constitutifs de l’écriture théâtrale au même titre que les mots. Refus du théâtre occidental défini comme « théâtre de la parole » (Artaud)



• Constituent un espace textuel qui devient de plus en plus dense : de courts paragraphes, séparés par des blancs typographiques, présentent décor et personnages ; puisune masse de texte décrit les mouvements de Clov.



→ Point de vue de la représentation : une longue attente, silence => le spectateur est pris à partie, entre frustration et curiosité.





A. La création d’un espace scénique, composante essentielle du théâtre.

L'espace scénique est l'espace réel de la scène, du lieu dans lequel les comédiens évoluent. Il s’ajoute à l'espaceludique (le jeu des acteurs) : sa présence, les mouvements de son corps, par rapport aux autres comédiens et par rapport à l'ordonnance de la scène.

1. Indications scéniques concernant le décor :

- espace clos (intérieur) , nu (sans meubles : étym : « mobilis » = mobile = sans mobilité)

Murs droite et gauche : enfermement, pas d’issue possible – seule porte vers la cuisine de Clov ( 3 mètressur trois mètres sur trois mètres)

- petites fenêtres haut perchées, rideaux fermés – tableau retourné : ouverture sur un monde invisible et inaccessible.

- « Lumière grisâtre » : importance des effets lumineux, ni jour ni nuit => décor bâché de gris, lumière artificielle.

→ mise en scène dépouillée, impossibilité d’identifier un espace, une temporalité, une époque ; impression de misèreet de fin du monde : malaise du lecteur/spectateur jeté dans une réalité irrationnelle.



2. Précision de la description : rigueur de la disposition => géométrie opposée au naturel qui se substitue à l’action théâtrale proprement dite.

- Les didascalies fixent des points et tracent des lignes : les déplacements « raide(s) et vacillan(ts) » de Clov organisent l’espace dans toutes les...
tracking img