Aurélia

par

Les préoccupations existentielles

Les préoccupations existentielles qui agitent l’auteur sont liées à la culpabilité et au dédoublement. Le dédoublement dont il est question ici est celui par lequel l’auteur fait apparaître une figure ressemblante, quasiment identique à celle d’Aurélia : un double. Ce dédoublement débute au troisième chapitre de la première partie : « A dater de ce moment, tout prenait parfois un aspect double, et cela sans que le raisonnement manquât jamais de logique, sans que la mémoire perdît les plus légers détails de ce qui m’arrivait » A ce premier dédoublement, quatre autres succéderont et tous plongeront le héros dans une confusion totale, puisqu’il n’est plus à même de différencier entre le rêve et la réalité. Quant à sa préoccupation existentielle liée à la culpabilité, elle découle aussi de la perte d’Aurélia. Le héros se sent coupable et responsable de la mort de sa dulcinée. Il pense être indigne de l’amour qu’elle ressentait pour lui et sa disparition l’accable atrocement. Il estime ne pas mériter son pardon même si toute l’œuvre est une quête perpétuelle de cette « absolution ».

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les préoccupations existentielles >

Dissertation à propos de Aurélia