Aurore

par

Difficultés en enjeux de la connaissance de soi

Si l’homme ne s’est jamaisjusqu’à présent essayé véritablement à l’entreprise de la connaissance de soi,dit Nietzsche, c’est que celle-ci n’est en rien un travail plaisant etagréable. On ne sait pas ce que l’on va découvrir, on ignore si nos recherches nousmèneront à un but, et si celui-ci sera satisfaisant ou non. La totale obscuritédu monde dans lequel nous plongeons en réfléchissant sur nous-mêmes est sieffrayante, si hasardeuse, qu’il est bien peu appréciable de s’y aventurer. Lephilosophe explique donc le pourquoi de manière plus approfondie et en dégageles enjeux principaux.

Nietzsche se désigne en effetlui-même comme investigateur de la morale humaine, comme « exhumateur »de ce qui est dissimulé : « Dans ce livre on découvreun être “souterrain” au travail, qui perce, qui creuse, qui sape ». Il se caractérise lui-mêmecomme cherchant là où les principes déjà établis ne jugent plus nécessaire dechercher, comme celui qui va retourner les fondements jugés comme acquis de lamorale et de l’être humain. Ce faisant, il se décerne lui-même ce titre d’hommesouterrain, utilisant la métaphore de la taupe, peu glorifiante mais explicite.Il insiste sur le fait que son travail est délicat et peu enviable, tant sadifficulté et son caractère laborieux sont grands.

Ainsi, en évoquant ce« monde souterrain » qui semble être son domaine d’évolution,Nietzsche évoque un univers froid, hostile, inhospitalier. Le labeur qui estassocié à sa tâche est symbolisé par le côté prohibé de ce qui se passe àl’abri des regards, sous la surface du sol. Ce que l’on ne voit pas, et quel’on ne veut pas voir, voilà ce qu’il entreprend de chercher. Dans sa culture,cet invisible – dont on souhaite qu’il le reste ! – est associé aubanditisme, à la perversité, à toutes les dérives de l’espèce humaine dont ondésire qu’elles restent hors de portée du regard. Il dote ainsi sa recherched’une connotation presque dangereuse, pour lui-même et pour l’humanité, commes’il devait révéler une vérité qu’il vaudrait mieux, selon la volonté debeaucoup, laisser dissimulée.

Cependant, cette recherche ensous-sol relève d’une archéologie, d’une entreprise de fouilles nécessaire pouraller au-delà des apparences. Qui dit fouilles dit ruines et fondations, porteusesd’informations, en bien ou en mal. Cette dimension de « profondeur »a donc également trait à la recherche d’une vérité indéniable : une foisdécouverte, elle ne peut en effet être contestée. En creusant ainsiprofondément, tel qu’il le décrit, Nietzsche entreprend dans son œuvre dedétruire totalement tous les principes que d’autres philosophes ont vouluasseoir, ou ont réussi à démontrer. Il prend ainsi l’initiative d’un changementradical dans la manière de penser, et se démarque comme l’initiateur d’unenouvelle ère de la philosophie.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Difficultés en enjeux de la connaissance de soi >