Britannicus

par

Résumé

            Lapièce se passe à Rome, dans une chambre du palais de Néron, empereur de Rome etfils d’Agrippine.

 

            Acte I

 

            C’est le petit matin ; Agrippine, doubleveuve, d’abord de Domitius Ahenobarbus, père de Néron, puis de l’empereurClaudius, père de Britannicus, retrouve Albine, sa confidente, à l’entrée desappartements privés de Néron. On apprend qu’Agrippine cherche à concrétiser leprojet de mariage entre Britannicus et son amante, Junie, mais que Néron vientde faire emprisonner la jeune femme. Agrippine détaille l’ingratitude etl’impiété de son fils : c’est Agrippine qui a, en manœuvrant auprès deClaude, permis à Néron d’accéder au statut d’empereur. Pourtant, maintenant, ilva jusqu’à refuser de lui accorder des audiences privées. Elle accuse Burrhus,le gouverneur de Néron, d’inciter son fils à persister dans cette voie. Face àla méchanceté de son fils aîné, Agrippine s’est rapprochée de Britannicus. Envenant de petit matin à la porte de Néron, elle espère reprendre le pouvoirqu’elle avait sur lui, à la faveur d’une entrevue fortuite.

            Burrhus sort de chez Néron et informe Agrippine qu’ellene sera pas reçue. Comme Agrippine le condamne par la parole, Burrhus se défendet explique que les choix de Néron sont faits en toute autonomie, et qu’ilss’avèrent logiques : si Junie, qui porte avec elle des droits qui« Peuvent de son époux faire un prince rebelle », épouseeffectivement Britannicus, elle renforcera sa position, et affaiblira Néron.Burrhus conseille la prudence à Agrippine et sort.

            Britannicus vient à la rencontre d’Agrippine et selamente de l’arrestation de Junie. Agrippine s’engage à le soutenir et fixeavec lui une entrevue chez Pallas, un affranchi qui l’épaule dans toutes sesdémarches. Elle va attendre Britannicus chez celui-ci.

            Britannicus révèle à Narcisse, son confident, qu’il n’apas vraiment confiance en Agrippine, mais Narcisse lui conseille de se fier àelle. Il l’incite également, bien que Britannicus n’ait pas l’air très décidé àagir, de revendiquer le trône.

 

            Acte II

 

            Néron paraît, accompagné de sa garde. Il prend aussitôtla décision d’envoyer Pallas en exil car il a appris qu’Agrippine etBritannicus se retrouvaient chez lui pour des entrevues privées.

            Narcisse, qui s’avère dès lors jouer double-jeu et setrouver plutôt dans le camp de Néron que celui de Britannicus, écoute lesconfidences de Néron, qui avoue être tombé amoureux de Junie lorsqu’elle a étéamenée prisonnière au palais. Narcisse le rassure en lui affirmant que même sielle aime Britannicus et que Britannicus l’aime, elle ne résistera paslongtemps à l’amour de l’empereur. Mais Néron est marié – à Octavie, fille deClaude et sœur de Britannicus, qu’il n’aime pas et avec laquelle, suppose-t-on,il ne couche pas, puisqu’ils n’ont jamais eu d’enfant – et répudier sa femmereviendrait à ternir sa valeur suprême, la Vertu. Narcisse suggère le divorce.Néron confie au passage qu’il ne sait pas résister à Agrippine et que c’estpour cette raison qu’il refuse de la voir. Finalement, il autorise une entrevueentre Britannicus et Junie. Narcisse sort prévenir Britannicus.

            Néron se confronte à Junie. Après qu’elle a confirmél’amour réciproque qui la lie à Britannicus, et la conformité de ces sentimentsavec les desseins de Claude et Agrippine, Néron affirme qu’il répudiera safemme et l’épousera elle. Face aux contestations de Junie, Néron annoncequ’elle pourra voir Britannicus une dernière fois, à la condition qu’elle nemanifeste que de l’indifférence à son égard. Si elle manifeste autre chose,Britannicus sera banni. Néron sort.

            Junie, outrée, essaie de faire prévenir Britannicusqu’elle sera tenue de jouer l’indifférence – c’est malheureusement Narcissequ’elle sollicite pour cette mission. Britannicus entre donc sans avoir étéprévenu.

            Alors que Néron épie de loin et que Narcisse surveille deprès, Britannicus se réjouit de retrouver son aimée. Elle ne réagit pas. Junie,en creux, essaie de l’aider à faire les choix les moins imprudents, àmanifester le moins possible ses intentions contre Néron : Britannicuspense pouvoir, avec l’aide d’Agrippine, reprendre le pouvoir ; Junie lereprend et affirme qu’il a toujours été loyal envers l’empereur. Britannicus necomprend pas l’attitude de Junie et en conclut qu’elle ne l’aime plus. Il s’enva, malheureux, à la demande de Junie, et Junie sort car elle ne veut pas avoirà parler à Néron.

            Néron avoue à Narcisse qu’il a beaucoup aimé faire du malà Britannicus ; Narcisse projette de tout faire pour engendrer la chute deBritannicus et Junie.

 

            Acte III

 

            Burrhus réprimande Néron : son amour pour Junien’est pas raisonnable. Néron, en parfait personnage racinien, se défend enrappelant qu’il ne peut pas contrôler ses passions.

            Comme l’agressivité de Néron s’amplifie, Burrhus, unefois seul, réfléchit à faire une alliance avec Agrippine. Il craint que Néronne se retourne contre lui.

            Agrippine fait justement irruption, furieuse, et affirmequ’elle va aller revendiquer en public la suprématie de Britannicus. Burrhustente, en vain, de la raisonner, et la laisse seule avec sa confidente.

            Albine, comme Burrhus, essaie de calmer Agrippine :tenir publiquement des propos contre Néron est dangereux. Agrippine ne l’écoutepas vraiment, et exprime une douleur nouvelle – elle ne supporte pas l’amour deNéron pour Junie.

            Britannicus survient et déclare à Agrippine qu’il a suréunir un soutien important au sein du Sénat. Agrippine devient alorsvirulente.

            Narcisse rejoint Britannicus et l’on se rend compte queles informations relatives au soutien du Sénat proviennent de lui – elles sont donctrès probablement fausses. En outre, il essaie de persuader Britannicus qu’ilpeut oublier Junie, désormais pleinement amoureuse de Néron.

            Junie arrive. Narcisse sort prévenir Néron de cette entrevueimprévue entre les deux amants. Junie s’empresse de dissiper les malentendus entreeux et Britannicus s’excuse d’avoir douté de son amour.

            Néron interrompt l’entrevue. S’ensuit une joute verbaletrès virulente entre les demi-frères. C’est Néron qui l’emporte en faisantarrêter Britannicus.

            Néron prend conscience que c’est Agrippine qui a permisla rencontre des deux jeunes gens en le retenant auprès d’elle et la faitmettre sous surveillance.

 

            Acte IV

 

            Burrhus vient annoncer à Agrippine que Néron luiaccorde une entrevue privée. Il lui suggère de rester sereine.

            Néron et Agrippine se confrontent. Après une longue sériede reproches de part et d’autre, Agrippine avoue qu’elle n’a jamais vraiment eul’intention de mettre Britannicus sur le trône. Néron semble se laisserconvaincre et assentit à tous les désirs de sa mère : il va faire libérerBritannicus, le laisser se marier avec Junie, accorder plus d’entrevues à Agrippine.Il va jusqu’à revenir sur le bannissement de Pallas.

            Mais c’était une comédie ; au contraire, Néronannonce à Burrhus qu’il souhaite tuer Britannicus. Burrhus argumente contrecette décision, et Néron finit par se laisser convaincre : il est prêt àse réconcilier avec lui.

            Narcisse vient pour tenir Néron au courant des préparatifspour l’exécution de Britannicus – Néron lui annonce qu’il a changé d’avis.Narcisse, à son tour, argumente, et l’emporte en jouant sur le fait que Néron aun profond désir d’émancipation, et que tuer Britannicus, c’est forcément allerà l’encontre d’Agrippine et Burrhus.

 

            Acte V

 

            Britannicus et Agrippine se montrent heureux que Néronait apparemment pris le parti de la réconciliation. Junie, au contraire, sentque la situation va mal tourner.

            En tête à tête avec Junie, Agrippine se réjouit de retrouver,en même temps que l’affection de Néron, sa mainmise sur le pouvoir – un bruitl’interrompt.

            Burrhus accourt et informe les deux femmes queBritannicus a été tué. Tandis que Junie rejoint son amant, Burrhus détaille lemeurtre, en insistant sur la froideur de l’assassin Néron.

            Agrippine se confronte à Néron, mais l’échange estvain : ce n’est qu’une bataille d’accusations. Agrippine promet à Néron unfutur sanglant et indigne.

            Agrippine, qui comprend désormais que Burrhus est sonallié et non son ennemi, se lamente avec lui en évoquant la tournure qu’ontprise les événements.

            Albine revient. Elle révèle que Junie a trouvé refugechez les Vestales et que Narcisse, alors qu’il essayait de la retenir, s’estfait massacrer par le peuple. Il ne reste plus qu’un Néron rongé par son amourraté et sa culpabilité, tant et si bien qu’il envisage le suicide. Burrhuss’exclame : « Plût aux Dieux que ce fût le dernier de sescrimes ! ».

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >