Comment être détective avec un sale gosse à garder

par

Une jeune fille comme héroïne de roman

Stéphanie Diamond s’inscrit dans la lignée deshéroïnes littéraires auxquelles un jeune lectorat féminin sera plus capable des’identifier. Comme nombre d’entre elles, Steph doit exister dans un monde oùles hommes sont les personnages importants, les femmes étant reléguées ausecond rang.

En effet, le principal décideur de l’histoire,c’est le père de Steph. Il décide de la date et du lieu des vacances de safille, il est le chef du chantier et décide de qui travaille et où. Il est dansson chantier comme un commandant sur son navire, seul maître après Dieu. Il aaussi le pouvoir d’obliger Steph à être la baby-sitter d’Alex, de la consignerdans sa caravane ou de lui interdire telle ou telle partie de la forêt. Ce sontlà ses responsabilités de père et elles sont naturelles. Mais Steph est unetoute jeune adolescente et les ailes de l’indépendance commencent à grandirentre ses épaules, d’autant plus qu’elle ne joue pas à la poupée ni aux jeux vidéo.Elle est détective et elle se sent la responsabilité de résoudre une énigme. Lepolicier, Jake, celui qui porte une arme et qui a le pouvoir d’arrêter lesméchants, c’est un homme. Quant au méchant lui-même, c’est un homme lui aussi(et même plusieurs à la fois puisqu’il a la capacité de changer d’identitéquand bon lui semble). Pourtant, sans l’intuition et l’opiniâtreté de la jeunefille, tous ces beaux messieurs seraient le bec dans l’eau : le père avectrois faux ouvriers parmi ses équipes, le policier sans coupable et letrafiquant encore à la recherche de la fameuse puce électronique.

De plus, les femmes autour de Steph sontreléguées au second plan et ont des rôles très traditionnels : Milly estla mère d’Alex et la cuisinière. Elle est avant tout une maman qui nourrit toutun chantier de grands garçons affamés. Rebecca est son aide, et incidemment lacomplice de Ragnall. Ne nous méprenons pas : le cerveau, c’est lui. Ellen’est que messagère ou exécutante. Quant à Lucille, elle n’existe qu’en tantque femme bafouée, victime du mensonge de Ragnall. Il est significatif qu’audébut de l’histoire on tente de cantonner Steph au rôle de baby-sitter, de mamande substitution d’Alex. Elle ne veut pas de ce rôle qu’on lui impose :elle a une enquête à mener.

La seule inversion du schéma, quand la filleest le chef, c’est au sein de l’agence Diamond et Kulniki. Là, c’est Stéphaniela patronne : elle décide, découvre les indices, déduit, impulse l’avancementde l’enquête et trouve la solution. À ce titre, elle est la véritable héroïnedu récit et les lectrices peuvent alors s’identifier à un personnage positif etdominant, loin de l’univers des stéréotypes qui confinent les filles dans lacuisine – comme Milly – ou les obligent à jouer à la poupée ou à ne penser quemaquillages et petits potins.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une jeune fille comme héroïne de roman >