David Golder

par

De l’influence des préjugés

Le style d’Irène Némirovsky dans David Golder a longtemps laissé supposer que le regard qu’elle posait sur son personnage principal était antisémite. En effet, le héros éponyme est très souvent dépeint comme un être vil, malfaisant et quelque peu répugnant, ce qui pouvait laisser à penser que l’auteure exprimait ses propres griefs contre le judaïsme à travers ce financier.
En effet, nous devons noter que les adjectifs péjoratifs que Némirovsky utilise pour décrire Golder sont bien souvent voisins de la mention « juif », et cela a poussé certains lecteurs à penser que l’auteure établissait certains parallèles. Par exemple, la description qu’elle donne au chapitre XIV du financier se remettant tout juste de sa syncope prête à confusion : « 
Comme il avait changé... Le nez, surtout... Il n’avait jamais eu cette forme auparavant, songea-t-elle, énorme, crochu, comme celui d’un vieil usurier juif... Et cette chair molle, tremblante, avec son odeur de fièvre et de sueur... ».

Cependant, nous devons nous souvenir que David Golder évolue dans un environnement où...

Inscrivez-vous pour continuer à lire De l’influence des préjugés >

Dissertation à propos de David Golder