Du monde entier

par

B – La source d’inspiration de son écriture.

Cendrars avait besoin de vivre quelque chose de fort, de poétique, pour ensuite pouvoir écrire, la poésie devait venir de sa propre vie, de la beauté des paysages, de la puissance des relations et des sensations, il écrivait ‘’ écrire, ce n'est pas vivre. C'est peut-être survivre. ‘’, esprit que l’on retrouve aussi lorsqu’il affirmait ‘’ Je ne trempe pas ma plume dans un encrier mais dans la vie ‘’, c’est ainsi son expérience qui lui sert de point de départ, de matière pour écrire.

Son œuvre est donc fortement liée à sa vie, les titres de ses poèmes l'indiquant clairement. Il exprimera d'ailleurs cet amour des mots et son besoin d'écrire en disant ‘’ Toute vie n’est qu’un poème, un mouvement. Je ne suis qu’un mot, un verbe, une profondeur, dans le sens le plus sauvage, le plus mystique, le plus vivant ‘’ lors d'une interview en 1913 en réponse à une question à propos de la Prose du Transsibérien.

Lors des longs voyages qu’il a vécus, Cendrars s’est évertué à restituer ses découvertes, les paysages parcourus, ce qu’il a retenu du monde, sous la forme de vers, afin de procurer aux lecteurs l’impression de découvrir ces univers nouveaux en même temps que lui, de voyager avec lui et de sentir le mouvement et les éléments de ces lieux.

Cendrars sera un précurseur autant dans l’expérience concernant le voyage, que dans la simplicité de l’écriture, rendue nécessaire par la volonté de capter l’instant, comme on peut le trouver dans le vers ‘’ Tu es plus belle que le ciel et la mer ‘’, et il cherchera toujours à écrire différemment, suivant tout ce qui faisait de lui un homme, un écrivain, un...

Inscrivez-vous pour continuer à lire B – La source d’inspiration de son écriture. >

Dissertation à propos de Du monde entier