Du monde entier

par

B – Les Pâques à New-York.

'' Les Pâques à New York '' fut écrit par Cendrars (dont le premier pseudonyme fut d’abord Cendrart) lorsqu'il était dans cette ville en 1912. C'est le seul des trois longs poèmes qui est écrit en respectant les règles de forme de la poésie, que ce soit le nombre de pieds ou les rimes, ce qui le rend classique, mais aussi atypique pour Cendrars. Ce poème fut écrit alors que Cendrars était très pauvre, alors qu’il ne travaillait pas. L'histoire de ces vers est celles des Pâques qui veulent aller à une bibliothèque de la ville, mais elle est fermée. Ce poème évoque un appel à Dieu, pour l'aider à se sortir de sa situation misérable mais aussi de sa solitude qui lui pèsent de plus en plus, (il était désespéré, mais aimait son monde, comme il l’écrivit plus tard ‘’ Pour être désespéré, il faut avoir vécu et aimer encore le monde. ‘’). La solitude était selon lui la rançon de l’écriture, comme il disait ‘’ Ecrire est une vue de l'esprit. C'est un travail ingrat qui mène à la solitude. ‘’ Cette misère et cette solitude le poussèrent vers la dépression, qu'il exprime ainsi en appelant de nombreuses fois Dieu, ‘’ Seigneur ‘’ formant une sorte d’anaphore, revenant au début de nombreux vers, comme une plainte '' Seigneur, rien n’a changé depuis que vous n’êtes plus roi, Le Mal s’est fait une béquille de votre croix '', évoquant Jésus Christ et le chaos du monde du XX° siècle, où rien ne va plus selon lui. Il appelle ainsi dieu pour lui venir en aide, mais aussi sauver le monde, l'humanité, et donc pour tous les hommes ‘’ Seigneur, c’est aujourd’hui le...

Inscrivez-vous pour continuer à lire B – Les Pâques à New-York. >

Dissertation à propos de Du monde entier