Essai sur l'entendement humain

par

La réflexion comme appropriation de la connaissance

L'élaboration de la connaissance, dont le résultat est une idée propre et individuelle : ''Ce qu'on nomme idée est l'objet de la pensée'', connait donc après l'expérience brute, non analysée, non traitée intérieurement, une seconde étape qui est la réflexion. La réflexion représente l'étape qui suit, pour chacun, le moment de la connaissance, afin de bien assimiler ce qui a été appris, pour l'analyser et se l'approprier, faire sienne une idée, une notion que l'on a apprise. Locke en arrive ensuite à l'individu, à la personne dont il dit ''Après ces préliminaires, il nous faut considérer ce que représente la personne ; c’est, je pense, un être pensant et intelligent, doué de raison et de réflexion, et qui peut se considérer soi-même comme soi-même, une même chose pensante en différents temps et lieux''. Il appelle cela ''les réflexions de l'âme''. Il présente ainsi le besoin pour chacun, chaque être pensant, d'avoir conscience de soi pour mieux percevoir, ce qui apparaît comme strictement nécessaire : ''il en va toujours ainsi de nos sensations et de nos perceptions présentes : ce par quoi chacun est pour lui-même précisément ce qu’il appelle soi, laissant pour l’instant de côté la question de savoir si le même soi continue d’exister dans la même substance ou dans plusieurs. Car la conscience accompagne toujours la pensée, elle est ce qui fait que chacun est ce qu’il appelle soi et qu’il se distingue de toutes les autres choses pensantes'', ce qu'il identifie comme le soi, et donc la ''conscience de soi'' : ''L’identité de telle...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La réflexion comme appropriation de la connaissance >

Dissertation à propos de Essai sur l'entendement humain