Fahrenheit 451

par

Guy Montag

Protagoniste principal de l’œuvre, Guy Montag semble d’abord un pompier exemplaire, effectuant son travail avec sérieux, sans se poser de questions. Il porte toujours son uniforme de travail et ce, partout où il se rend. Pourtant, au cours des deux dernières années, un malaise grandissant face à son métier s’est installé dans son esprit. Quelque chose le tourmente, qu’il ne parvient pas précisément à identifier. Il se sent « rempli de morceaux et de pièces ». Chaque jour après son travail, il retourne à un mariage sans amour, symbolisé par les deux lits de la chambre à coucher, quand un seul devrait suffire.

Quelque chose ne tourne pas rond dans son existence, et c’est sa rencontre avec la jeune Clarisse McClellan qui va accélérer le processus de sa prise de conscience. Quand Clarisse le taquine en lui disant qu’il n’est pas du tout amoureux, il expérimente alors une sorte d’épiphanie qui va achever de mettre sa vie en question. Le questionnement de Montag atteint son apogée alors qu’il assiste impuissant au décès d’une femme qui préfère s’immoler au milieu de ses livres plutôt que de le suivre.

De plus en plus intrigué par le contenu mystérieux de ces ouvrages, Montag en dérobe quelques-uns, mais ne parvient guère à en déchiffrer le sens. Sa soif de connaissance le conduit finalement au professeur Faber, une personne lettrée capable de l’aider à comprendre le contenu de ces livres. Cependant, il doit encore lutter contre son chef, le capitaine Beatty, qui, ayant lu des livres, use de leur rhétorique pour convaincre Montag de leur inanité.

Montag est finalement transfiguré, comme l’illustre le symbole du phénix utilisé à la fin par Granger, et sa quête l’entraîne vers une nouvelle vie, loin des artifices d’un monde vide de sens, auprès des « gardiens de livres », ces hommes qui conservent l’héritage d’un savoir millénaire.

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Guy Montag >