Gargantua

par

L’éducation humaniste

L’éducation humaniste prônée par Rabelais est mise en relief par son antithèse, l’éducation moyenâgeuse de Thubal Holoferne. Par le biais de Ponocrates, l’auteur nous montre qu’une véritable éducation ne se fait pas sans partage des connaissances du maître et de l’élève : tout d’abord, une véritable complicité s’établit entre les deux protagonistes. En plus de leurs leçons, ils partagent des moments de détente et de jeux ensemble, profitant de chaque instant pour apprendre. De plus, Ponocrates considère le savoir comme quelque chose qui peut toujours s’étendre et qui n’est jamais acquis, ralliant ainsi la pensée humaniste selon laquelle l’homme doit toujours continuer à apprendre, à se cultiver. En effet, à l’inverse de Holoferne qui ne s’en tient qu’à ses méthodes sans adaptation, Ponocrates apprend de Gargantua, en le regardant s’amuser et vivre, il ne voit pas l’étude comme un sujet clos à engranger mais comme une étendue à apprivoiser.

De plus, l’éducation humaniste est une éducation selon laquelle le corps est réhabilité. En effet, au XVIème siècle, le corps est considéré comme une chose sale et inviolable, en totale contradiction avec l’esprit. Il est bridé, caché, rejeté et le corporel n’a aux yeux des classes supérieures de la société aucun attrait. Selon l’éducation humaniste, il doit être placé au centre et reprendre de sa valeur. Ainsi Ponocrates enseigne à Gargantua la bonne manière de l’entretenir, en mangeant des nourritures meilleures pour sa santé, en l’exerçant et en lui redonnant ainsi une place centrale. Disposer d’un corps en forme est donc indispensable pour l’humaniste, afin...

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’éducation humaniste >

Dissertation à propos de Gargantua