Gargantua

par

Une naissance symbolique

Le héros éponyme voit le jour dès l’un des premiers chapitres du livre, d’une manière bien peu conventionnelle. Il naît en effet au milieu d’une orgie, véritable débauche de vin et de nourriture, de jovialité et de trivialités. Sa mère, la géante Gargamelle, ayant mangé trop de tripes et étant incommodée, s’en remet à un apothicaire qui lui donne une potion destinée à bloquer son transit intestinal. Les entrailles de la jeune mère sont tellement serrées par le remède que l’enfant à naître ne pouvant plus passer par les voies naturelles, il décide de venir au monde en remontant par l’oreille de Gargamelle. Il apparaît alors aux yeux des convives en poussant de grands cris : « À boire ! À boire ! ».

Son père, impressionné et flatté par l’appétit déjà insatiable de son fils, s’exclame : « Que grand tu as ! », référant à son gosier. Par association, il nomme ainsi son fils Gargantua.

« Par cest inconvenient feurent au-dessus relaschez les cotyledons de la

matrice, par lesquelz sursaulta l'enfant, et entra en la vene creuse, et,

gravant par le diaphragme jusques au-dessus des espaules (où ladicte vene se

part en deux), print son chemin à gauche, et sortit par l'aureille senestre ».

 

Cette naissance peu commune donne une idée du futur du personnage et du côté trivial et presque grossier qui abonde dans tout le livre où l’on retrouve le champ lexical de l’excrément, de la boisson, de la nourriture. Gargantua buvant du vin au biberon annonce ainsi la façon dont l’enfant se comportera par la suite. Cet épisode a donc un rôle annonciateur et farceur et souligne également le côté presque divin de sa naissance. En effet, sa naissance par l’oreille n’est pas sans rappeler la venue au monde des dieux de l’Olympe, en particulier de Dionysos qui serait né de la cuisse de Jupiter et d’Athéna sortie de son crâne. Cette naissance divine s’accorde avec le destin prometteur conféré à Gargantua et fait de cet épisode la parfaite scène d’exposition de l’œuvre.

« Bacchus ne fut-il engendré par la cuisse de Jupiter ?

Rocquetaillade nasquit-il pas du talon de sa mère ?

Croquemouche de la pantofle de sa nourrice ?

Minerve nasquit-elle pas du cerveau par l’aureille de Jupiter ?

Adonis par l’escorce d’un arbre de mirrhe ?

Castor et Pollux de la cocque d’un œuf pont et esclous par Léda ?»

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une naissance symbolique >