Gargantua

par

Une éducation en deux temps

Suite aux multiples révélations de l’esprit brillant et espiègle, prompt à rire et à plaisanter de son fils, Grandgousier place Gargantua sous la tutelle d’un précepteur, Thubal Holoferne. Gargantua est à ce moment-là un petit garçon encore sale et grossier, passant le plus clair de son temps à manger, boire, dormir et jouer ; cependant, son esprit est déjà très vif. Déçu par le manque de réussite de l’éducation donnée par Holoferne, son père le confie donc à un second précepteur, Ponocrates. Il est donc intéressant de mettre en parallèle les deux types d’éducations reçues.

La première éducation renvoie aux méthodes traditionnelles d’apprentissage de l’époque, héritées du Moyen Âge. Thubal Holoferne enseigne au jeune Gargantua son « abécédaire », qu’il apprend à réciter à l’endroit comme à l’envers, lui fait lire quantité de livres dont les noms absurdes et en mauvais latin témoignent du caractère rébarbatif de cet enseignement.

Gargantua absorbe le savoir qu’on lui donne, mais sans en profiter ni le faire partager, telle une oie qu’on gave. Il devient apathique, ânonnant ses leçons sans être intéressé véritablement. Il s’emplit d’un savoir inutile jusqu’au jour où, placé en face du page de Dom Philippe Desmarais, il perd toute convenance. En effet, le jeune homme se met à louer Gargantua, flattant des mérites qu’il ne possède pas, ce à quoi le géant, désemparé, ne trouve rien d’autre à répondre que d’éclater en sanglots. Son père, humilié, décide de le confier à un autre précepteur aux...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Une éducation en deux temps >

Dissertation à propos de Gargantua