Hamlet

par

Une histoire de fantôme

Malgré cela, il ne faut pas penser à Hamlet comme à une pièce politique à la Sartre, c’est d’abord une histoire de château hanté. Ne voulant voir chez Shakespeare que la finesse psychologique et l’exploration intellectuelle, on a changé le fantôme en émanation des doutes de Hamlet, en concrétisation de sa haine pour son oncle, en hallucination d’un jeune homme instable – tout cela en dépit de ce qu’en dit le texte.

Car la pièce est formelle : c’est bien un spectre qui se trouve là. La preuve est qu’il apparaît à d’autres qu’à Hamlet seul ; c’est d’ailleurs seulement grâce à ces autres témoins que le prince découvre l’apparition du revenant. Même Horatio, qui est un sceptique, est persuadé de l’existence du spectre dès qu’il le voit, et il essaie de découvrir les raisons de son apparition, en suggérant toutes les explications offertes par le folklore. C’est une des raisons pour lesquelles il faut que ce soit Horatio qui voie le spectre : nous ayant déjà exprimé ses doutes sur son existence, sa conviction convainc à son tour le lecteur-spectateur de la vérité du surnaturel dans la pièce. Le fantôme est donc une émanation surnaturelle, non pas une création de l’esprit de Hamlet.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Une histoire de fantôme >

Dissertation à propos de Hamlet