Hamlet

par

Une pièce insaisissable

Depuis quatre cents ans qu’elle est discutée sans cesse, personne n’a jamais eu le dernier mot sur Hamlet, quoi que certains aient pu dire à l’époque. Il est impossible de cerner avec certitude une seule réponse aux questions qu’elle soulève. Comme pour le sourire de la Joconde, une autre interprétation est toujours possible. Presque chaque moment recèle une multitude de possibles, et s’arrêter sur l’un deux oriente et fige d’une certaine façon tout le reste de l’étude de l'œuvre. Tout est si bien intégré que changer un seul détail requiert une réévaluation de tout ce qui s’ensuit.

Prenons par exemple le personnage de Polonius. Un simple coup d’œil suggère l’interprétation traditionnelle : vieil homme, un peu gâteux, adonné aux banalités, qui fourre son nez partout mais n’est pas bien méchant au fond. C’est une possibilité – mais remarquons que cet homme est quand même le Premier ministre du Danemark. Il appuie Claudius, qui vient de prendre le trône ; est-il de ceux qui l’ont aidé à devenir roi à la place de son neveu ? A-t-il pris sa position de Premier ministre lorsque Claudius est devenu roi, ou l’était-il déjà ? S’il l’était déjà, a-t-il appuyé Claudius sur la promesse de ce dernier de le garder en place ? Pourquoi n’a-t-il pas voulu que Hamlet fils devînt roi ? Ou n’a-t-il rien eu à voir avec tout cela ? La réponse à chacune de ces questions changera...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Une pièce insaisissable >

Dissertation à propos de Hamlet