Hamlet

par

Ophélie et le refuge de la folie

Jeté dans un monde insensé, Hamlet se met à jouer la folie, à moins qu’il ne soit vraiment détraqué. Les conséquences de ce jeu seront funestes.

Dans la saga originale d’où est tirée l’histoire d’Hamlet, le meurtre du roi a été commis en plein jour, et le personnage Amleth fait semblant d’être fou pour se préserver d’être tué lui-même. Cette explication logique manque dans Hamlet, où le prince utilise surtout la liberté de parole accordée aux fous et aux bouffons pour insulter Polonius. Il cache par là sa connaissance du crime, mais il détruit aussi Ophélie. Entre la folie feinte d’Hamlet et la véritable folie d’Ophélie, il y a un monde. Si Hamlet réussit à se réconcilier avec le monde détraqué où il navigue, Ophélie ne le peut. Sa présence suggère, cependant, que le folie est une réaction raisonnable à un monde qui ne fait plus de sens.

Traitée comme une marionnette par les autres personnages, Ophélie perd sa raison dans l’intervalle où elle n’a plus un homme pour la commander, son père étant mort, son amant exilé et son frère en France. Comme avec tout dans cette pièce, il y a maintes interprétations possibles de la passiveté d’Ophélie. Est-elle simplement une écervelée qui fera tout ce qu’on lui dit, une femme faible qui ne réussit pas à résister à son père, une rebelle matée? Qu’elle sombre dans la folie après que son amant ait tué son père s’expliquera donc aussi de différentes façons. Était-elle faible d’esprit dès le début, ou est-ce simplement la seule rébellion qui lui était disponible?

Ce qui est certain est...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Ophélie et le refuge de la folie >

Dissertation à propos de Hamlet