Hiroshima mon amour

par

Résumé

Dans une chambre d’hôtel à Hiroshima l’étreinte de deux corps enlacés prend fin lorsqu’une voix d’homme dit : « Tu n’as rien vu à Hiroshima, rien ». Une voix de femme affirme le contraire, avant d’évoquer une suite de scènes et d’espaces qu’elle a vus à Hiroshima : l’hôpital de la ville où sont traités les blessés, les visites au musée, les photographies et les reconstitutions de la catastrophe, la place de la Paix envahie par la chaleur de l’explosion, ainsi que diverses scènes extraites de films d’actualité, réalisés les jours suivant le lancement de la bombe. La femme affirme qu’elle n’a rien inventé et avoue avoir eu, de même que dans l’amour, « l’illusion » de ne jamais pouvoir oublier Hiroshima. Elle se remémore également les visages des survivants, traduisant la patience et l’innocence, puis rappelle le lourd bilan de la catastrophe en évoquant ses conséquences sanitaires et économiques, ainsi que « l’inégalité » entre les peuples et les classes. La femme a beau revendiquer la faculté de l’oubli, « l’évidente nécessité de la mémoire » est plus puissante et ne peut être niée.

Après l’évocation des mouvements habituels des passants et de...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Hiroshima mon amour