Hiroshima mon amour

par

L’amour interdit

Rappelons que nos deux amants ont noué une relation d’adultère. C’est d’ailleurs, peut-être, la raison pour laquelle elle fut brève, bien qu’intense. Marguerite Duras met en place des personnages qui souffrent de ne pouvoir s’aimer éternellement avec passion. L’amour interdit est également évoqué dans le passage relatant les souvenirs de la Française lorsqu’elle était à Nevers, sous l’Occupation. Elle a aimé, et probablement aime toujours, un Allemand sensé être son ennemi, à l’époque. Après la mort de ce dernier, cette relation, insensée aux yeux de l’entourage, lui vaudra la tonte de ses cheveux ainsi que l’enfermement dans une cave sombre pendant longtemps. Un amour donc, qui n’aurait pas du avoir lieu.

            Cet amour, bien qu’interdit, est vécu de manière secrète, sans être dit. Et nous, en tant que lecteur, que l’indicible fait parti des sujets que Duras trouve plaisir à étaler de façon artistique et poétique. C’est de l’amour interdit que découle l’indicible. Les deux personnes concernées n’ont pas de noms : Elle, la Française, c’est Nevers. Lui, le Japonais, c’est Hiroshima. Duras joue avec les mots et leur donne un sens allégorique bien particulier. C’est ce qui ajoute au charme du scénario et lui confère une dimension transcendante et illusoire.

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’amour interdit >

Dissertation à propos de Hiroshima mon amour