Inconnu à cette adresse

par

Entre distance et proximité : la lettre un support d’une énonciation subjective et subtile

Tout s’organise donc pour que la correspondance s’apparente à l’échange de paroles, presque à un dialogue : les marques de personne (pronoms personnels, adjectifs possessifs…) du destinataire et de l’émetteur envahissent les lettres afin de créer cette illusion :

Première lettre : « Te voilà de retour en Allemagne. Comme je t’envie… Je n’ai pas revu ce pays depuis mes années d’étudiant [...] Ta nouvelle adresse a fait grosse impression sur moi, et je me réjouis que [...]. »

Ainsi, même si la communication est séparée dans l’espace (États-Unis / Allemagne) et différée dans le temps, nous avons accès à la parole directe de celui qui la prononce, il n’y a pas d’intermédiaire entre lui et le lecteur, qui se sent alors plus proche des personnages, plus investi dans l’histoire.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Entre distance et proximité : la lettre un support d’une énonciation subjective et subtile >

Dissertation à propos de Inconnu à cette adresse