Inconnu à cette adresse

par

Les lettres comme vecteur d’autres voix possibles

Nous l’avons vu, en littérature, les choses sont rarement simples, les niveaux de lecture sont multiples. Les mêmes mots selon le point de vue de la lecture peuvent changer de sens et l’énonciation d’une œuvre épistolaire est souvent plus complexe qu’il n’y paraît. Nous avons affaire en général à une double énonciation, et dans notre nouvelle plus spécifiquement à la fin de l’œuvre nous pouvons observer une triple énonciation.

Les différentes théories littéraires expliquent, en effet, que les œuvres du genre épistolaire fonctionnent à travers la mise en place d’une double énonciation (comme au théâtre). Sous couvert d’une lettre où un personnage parle à un autre, c’est en réalité l’auteur qui parle au lecteur. Il donne à voir un personnage à travers ce que ce dernier dit ou écrit, à travers la manière dont il s’exprime.

Or, cette énonciation se complique encore dans notre œuvre de par la stratégie de Max consistant à envoyer à Martin des lettres pour le piéger. En montrant dans ses dernières lettres que c’est un Juif qui écrit à Martin, qu’ils sont proches et qu’ils font des affaires ensemble, il veut le faire prendre. Max prétend donc écrire à Martin alors...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les lettres comme vecteur d’autres voix possibles >

Dissertation à propos de Inconnu à cette adresse