Inconnu à cette adresse

par

Résumé

Inconnu à cette adresse est un court roman épistolaire publié en 1938. Il raconte la correspondance entre deux amis, Max et Martin, qui tiennent ensemble une galerie d’art à San Francisco. Martin, d’origine allemande, décide de rentrer dans son pays avec sa femme Elsa et ses trois fils.

         La première lettre est celle de Max, l’Américain, pour Martin qui vient juste de se réinstaller en Allemagne en novembre 1932. Max, le célibataire, regrette le départ de son ami mais envie la façon de vivre allemande. Il évoque aussi le succès sur les planches de sa petite sœur Griselle, dont il est très proche.

         Martin lui répond qu’il s’est très bien adapté. Il mène un grand train de vie, aux yeux des Allemands il est un millionnaire américain. Il avoue également avoir toujours de l’affection pour Griselle, avec qui il avait eu une liaison secrète.

         Ensuite, Max s’inquiète de la montée au pouvoir d’Adolf Hitler et demande des explications à son ami. Ce dernier ne semble pas sûr que cet homme politique soit bon pour l’Allemagne mais il constate un changement dans l’attitude du peuple ; les Allemands se sont débarrassés de leur désespoir comme d’un manteau. Néanmoins, Martin se doit d’être en faveur du nouveau régime puisqu’il fait désormais parti de l’administration. Il annonce aussi que sa femme est de nouveau enceinte.

         Nous sommes désormais en mai 1933 et Max voit des reportages inquiétants venant d’Allemagne. Un ami vient d’en arriver et il raconte avoir vu des Juifs subir des flagellations, la prise forcée d’huile de ricin, etc. Max demande à Martin de lui répondre au plus vite et en toute honnêteté, et de protéger Griselle si elle en vient à se produire en Allemagne.

         Martin lui répond alors par le papier à lettre de sa banque, afin de demander à Max de ne plus écrire à son domicile ; en effet, il est trop dangereux pour la famille de Martin d’avoir des relations avec un Juif. De plus, Martin avoue que même si le traitement réservé aux Juifs en Allemagne ne lui fait pas vraiment plaisir, il est nécessaire.

         Max fait alors passer sa lettre par un intermédiaire, il espère sincèrement que les dernières nouvelles transmises par Martin sont influencées par la censure, car cela ne lui ressemble vraiment pas.

         Martin lui répond que ses pensées ne sont pas influencées par la censure et qu’ils doivent absolument cesser de s’écrire. Max lui annonce alors qu’il a retiré le nom de Martin du nom de la galerie, car cela est mauvais pour les affaires. Il lui demande aussi de prendre soin de Griselle qui se trouve en danger à Berlin.

         Puis il lui renvoie une autre lettre car il n’a plus de nouvelles de Griselle, sa dernière lettre lui étant revenue avec la mention « Inconnu à cette adresse ». Il fait parvenir une troisième lettre à son ami car il sait que lorsque le public a découvert que Griselle était juive, cela a pu la mettre dans le plus grand péril.

         Martin lui répond enfin, le 8 décembre 1933, en commençant sa lettre par « Heil Hitler », formule devenue obligatoire. Il lui annonce que Griselle s’est conduite comme une idiote et après qu’il a refusé de l’accueillir chez lui pour ne pas mettre en péril sa famille, et qu’elle a été fusillée par les SA. Il parle également de son fils, Adolf, né le mois dernier. Enfin il conclut sa missive en annonçant qu’il ne veut plus être associé d’aucune manière à la race juive.

         Max envoie alors un câblogramme, puis une dizaine de lettres à Martin, en utilisant des prénoms juifs, et en demandant des reproductions de peinture sous des énoncés mystérieux tels que « Van Gogh 15 par 103 en rouge » afin que les nazis croient à un message codé.

         C’est effectivement ce qui se passe, Martin ne reçoit pas les lettres directement mais se fait convoquer afin de donner le code pour comprendre ces lettres. Il implore donc une dernière fois Max de le laisser en paix pour la sécurité de toute sa famille.

         Max ne tient pas compte de sa supplique, de la même manière que Martin a ignoré celle de Griselle, et renvoie deux lettres à son « ami » avant de voir sa lettre revenir avec la mention « Inconnu à cette adresse ». L’histoire s’arrête ainsi.

 

         Après sa publication, ce texte fut adapté au cinéma puis il tomba dans l’oubli jusqu’en 1999, quand une réédition lui apporta un nouveau succès. Il fut alors adapté au théâtre.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >