L’énigme des Blancs-Manteaux

par

Résumé

Nicolas Le Floch est un enfant qui a été trouvé dans une église de Guérande en Bretagne. Il a été élevé par son tuteur, le chanoine Le Floch, et protégé par son parrain le marquis de Ranreuil. Il a fait des études chez les jésuites afin de devenir clerc de notaire. Un jour, il part pour Paris, muni d’une lettre de recommandation écrite par M. de Ranreuil (qui souhaite également l’éloigner de sa fille Isabelle) à destination du lieutenant général de la police du roi, M. de Sartine. Ce dernier emploie d’abord Nicolas Le Floch à diverses tâches, ce qui lui permet de découvrir le monde de la police et du crime. Au bout de quelques mois, il lui confie une enquête qui va se révéler des plus délicates.

L’action du roman se déroule pendant la période du carnaval, en février 1761. Nicolas Le Floch, nouvellement arrivé à Paris, passe ses premières nuits dans un couvent avant que M. de Sartine ne l’envoie se loger chez le commissaire Lardin. Ce dernier habite avec sa seconde épouse Louise, sa fille Marie – née d’un premier mariage – et leur cuisinière, Catherine, dont Nicolas finira par se rapprocher. Sartine soupçonne Lardin de se livrer à de louches trafics.

Un jour, un cadavre est découvert près de l’ancien gibet de Montfaucon : tout porte à croire que c’est celui de Lardin, qui a disparu. Nicolas se voit confier l’enquête, il fait alors des recherches avec l’aide de l’inspecteur Pierre Bourdeau. Selon les informations de la tenancière d’un bordel – le Dauphin Couronné – qu’on appelle « La Paulet », le chirurgien de marine Semacgus et Lardin auraient été vus ensemble le soir de la disparition de celui-ci. Là, Lardin s’est pris de querelle avec un cousin de sa femme, le docteur Descart. Puis, il a disparu. Le Floch va très vite en déduire que le commissaire a été assassiné. Ses recherches lui font découvrir que Lardin jouait gros à certaines tables de jeu et qu’il était criblé de dettes. Nicolas découvre qu’il était victime d’un chantage exercé par Mauval – un redoutable membre de la pègre parisienne – à cause de ses dettes de jeu. Ce même soir, le serviteur de Semacgus, Saint-Louis, a également disparu. Nicolas apprend également que Semacgus et Descart entretiennent une liaison avec Louise, la femme du disparu. Il découvre en outre que Louise est une ancienne prostituée que Lardin a rencontrée à la maison de plaisir qu’il fréquentait. Par ailleurs, pour ajouter à l’intrigue, il apprend que Descart a détourné l’héritage de Louise afin d’instituer Marie Lardin comme sa seule légataire.

Nicolas doit soudainement mettre en suspens son enquête pendant quelques jours. En effet, il est contraint de retourner en Bretagne car le chanoine qui l’a élevé est en train de mourir. Il fait donc le voyage pour arriver à temps et profiter des derniers instants avec celui qui en quelque sorte fut son père de cœur et d’adoption ; son décès l’attriste fortement. Il profite de son séjour breton pour revoir sa bien-aimée Isabelle, la fille de son parrain, mais le marquis de Ranreuil les surprend enlacés et décide de chasser le jeune homme à tout jamais. Nicolas, amer, rentre à Paris en méditant sur son passé et son enfance qui prend fin définitivement. Il se souvient de cette époque remplie d’insouciance, du regard chaleureux de son tuteur, des attentions maternelles de sa nourrice et des parties de chasse dans les forêts de Guérande.

Monsieur de Sartine se voit obligé de révéler à Nicolas, de retour à Paris, le fond de l’histoire dans laquelle ils sont lancés : il s’agit d’une affaire d’État. Au cours d’une opération de police, le commissaire Lardin a saisi des papiers de la plus haute importance impliquant de très hauts personnages et contenant des informations vitales sur la politique extérieure du royaume. Il appartient à Nicolas de retrouver ces papiers. Le roi lui-même suit cette affaire personnellement.

Nicolas Le Floch enquête, fréquente les sphères aristocratiques comme les bas-fonds de la capitale, et apprend son métier de policier. Surtout, il est en contact permanent avec la violence et la mort, ce qui est assez difficile pour lui : Mauval tente de l’assassiner à plusieurs reprises. Au cours d’une perquisition chez Lardin, Nicolas Le Floch et Pierre Bourdeau découvrent un souterrain qui court de la cave de la maison jusqu’au monastère voisin des Blancs-Manteaux. Dans ce souterrain : un cadavre, dévoré par les rats. On pense que c’est celui du commissaire Lardin. Entretemps, le docteur Descart a été assassiné, et tous les soupçons se portent sur Semacgus. Quant à Marie Lardin, elle a disparu. Nicolas la retrouve séquestrée par son odieuse marâtre au Dauphin Couronné où on la destinait à la prostitution. Il la délivre et tue Mauval dans un combat singulier. Il est temps de réunir les protagonistes devant M. de Sartine et livrer les coupables à la justice. En une implacable démonstration, Nicolas Le Floch explique que Lardin a voulu simuler sa disparition afin d’échapper à ses dettes de jeu : deux hommes de main auraient assassiné le pauvre Saint-Louis et auraient fait passer son cadavre pour celui du commissaire. Cependant, Louise Lardin a profité de la situation pour se débarrasser de ceux qui la gênaient : elle empoisonne son mari, assassine son amant Descart et fait peser les soupçons sur son autre amant Semacgus. Elle se débarrasse de sa belle-fille pour récupérer l’héritage de Lardin et celui de Descart. Se voyant démasquée, Louise Lardin se suicide.

Quant aux fameux papiers, le commissaire Lardin les a cachés en un endroit secret, en semant trois indices énigmatiques pour aider à les retrouver. Nicolas Le Floch les retrouve et les remet à M. de Sartine. La réussite est totale, si bien que Nicolas est reçu à la cour par Sa Majesté en personne, qui lui apprend qu’il est en fait le fils naturel de son parrain, le marquis de Ranreuil, et qu’il est en droit d’user de ses privilèges de noblesse. Nicolas décline cet honneur et se voit confier un office de commissaire de police au Châtelet.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >