L’énigme des Blancs-Manteaux

par

Un tableau vivant de la vie quotidienne à Paris sous Louis XV

Jean-François Parot est un spécialiste reconnu du XVIIIe siècle en France, et il brosse pour son lecteur un tableau vivant du Paris sous Louis XV. Outre la rigoureuse topographie, qui emmène le lecteur à travers la capitale, disparue sous la pioche des démolisseurs du règne de Napoléon III, L'Énigme des Blancs-Manteaux fait revivre les lieux d'autrefois, mais aussi les métiers étranges qui constituaient le quotidien de la capitale du siècle des Lumières.

Quand Nicolas Le Floch arrive à Paris, c'est un jeune provincial qui de connaît rien d’autre que les villes et les paysages bretons. Dès son arrivée, il est « abasourdi par le bruit et le mouvement qui se manifestaient dès les faubourgs ». « Il s'était senti ahuri et vaguement inquiet devant une vaste plaine couverte d'innombrables moulins à vent aux ailes agitées. » Puis il découvre « des rues étroites, des maisons prodigieusement hautes, une chaussée malpropre, boueuse, tant et tant de cavaliers et de voitures, des cris et ces odeurs innommables... ». Paris et ses alentours sont bien différents de la campagne bretonne, Nicolas a quelques difficultés d’adaptation au début, comme tout provincial arrivant dans la capitale. Dans Paris, le piéton est menacé de toutes parts : « boues infectes dont les taches dévoraient les vêtements, cascades des gouttières se déversant sur les têtes et rues transformées en torrents à la moindre pluie. » Le décor est bien moins agréable que les rues des villages, la ville modifiant petit à petit les habitudes, au fur et à mesure de son extension et de l’augmentation incessante de sa population. Nicolas...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un tableau vivant de la vie quotidienne à Paris sous Louis XV >

Dissertation à propos de L’énigme des Blancs-Manteaux