L’Épreuve

par

Maître Blaise

C’est un jeune fermier trentenaire du village. Il est lui aussi fou amoureux d’Angélique : « Ah ! Cette petite créature-là m'affole, j'en perds si peu d'esprit que j'ai ; quand il fait jour, je pense à elle ; quand il fait nuit, j'en rêve ». Initialement, il se tourne vers Lucidor pour lui demander de l’aide au sujet d’Angélique, étant donné qu’il souhaite l’épouser. Mais Lucidor l’en empêche (car lui-même a son plan en tête) et lui offre une somme de 12 000 francs pour qu’il renonce à son amour pour Angélique – somme que Maître Blaise accepte aisément : « Hélas ! Peut-être bien que la somme m'étourdit un petit brin ; j'en sis friand, je le confesse, alle est si consolante ! » Mais cet empressement à se faire corrompre pourrait être une indication de deux choses : certes de la cupidité du personnage, mais elle renvoie aussi à la condition paysanne au village. En d’autres termes, parce que la vie n’est pas facile, Maître Blaise, désespéré de gagner de l’argent, se trouve davantage porté à renoncer à la femme qu’il aime pour s’enrichir.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Maître Blaise >

Dissertation à propos de L’Épreuve