L'Etranger

par

Des mœurs sociales aliénantes

L’Etranger de Camus met en relief une révolte subtile et délicate face aux habitudes de la société auxquelles personne n’ose s’opposer. Dans le monde conformiste d’aujourd’hui, chacun a tendance à accepter aveuglement tout ce qui lui est imposé par la société ; et à s’adapter à ce qui est considéré comme « normal ». Il n’y a plus d’individualité, plus d’unicité. C’est contre cette société amèrement desséchée que Meursault s’oppose ; s’accrochant ainsi à son étrangeté et à ses propres mœurs, au détriment de celles de son entourage ; quitte à être considéré comme bizarre. Il ne pleure pas aux funérailles de sa propre mère, (ce qui le fait apparaitre comme froid et émotionnellement détaché). Il commet un crime atroce lors d’un après-midi (acte qui est également appréhendé comme un écart de conduite). Il refuse même de faire appel à l’avocat qui lui est proposé pour sa plaidoirie, et accepte fièrement son châtiment et sa sentence de mort à la guillotine. Par ces actions inquiétantes, Meursault essaie d’inculquer aux hommes le sens de responsabilité. En refusant de se défendre pour un crime dont il se reconnait coupable, Meursault nous fait comprendre que chaque action porte une conséquence, et qu’il serait judicieux de reconnaitre les retombées de nos actes prémédités avant de les exécuter.

Meursault est donc l’incarnation du leader parfait. Il enseigne par l’exemple, et pratique ce qu’il prêche. Loin d’être trouillard, Meursault dénonce la faiblesse de caractère des hommes de par leur refus d’accepter les conséquences de leurs...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Des mœurs sociales aliénantes >

Dissertation à propos de L'Etranger