L'Etranger

par

La détente

D’après les discours de Meursault, on pourrait croire que pour lui la mort est une sorte de libération. Libération de cette vie médiocre, libération du mensonge et de l’hypocrisie des hommes. Ce n’est qu’à ses dernières heures que l’auteur se sent enfin capable d’extérioriser ses sentiments ; et cette révélation de ses émotions finit par donner au roman tout son sens. Alors que l’on essaie généralement de connaitre l’homme tout au cours de sa vie, on ne connait réellement Meursault qu’aux environs de sa mort, où lui-même choisit de s’ouvrir officiellement au monde. Tout au long du roman, l’auteur nous demeure alors inconnu.

Inscrivez-vous pour continuer à lire La détente >

Dissertation à propos de L'Etranger