L'Etranger

par

La figure de la mère

D’après la description que Camus fait de la mère de Meursault au début du récit, on se rend compte que son rôle dans l’histoire n’est que biologique. Meursault ne démontre aucun attachement émotionnel vis-à-vis de sa mère. Camus expose ainsi la légèreté des rapports fils/mère qui, lorsqu’ils sont malsains, pourraient avoir des conséquences psychologiques dans la vie future des enfants.

Malgré cela, Meursault se met à penser à elle bien après sa mort ; essayant d’imaginer ce qu’elle aurait pu ressentir à l’aube de sa mort. Pour lui, mourir était une préparation pour une autre vie qui serait sans doute meilleure. Ainsi donc, il justifie son refus de pleurer sur la dépouille de sa mère car son départ, jusque-là triste, ne symbolise que le début d’une nouvelle vie pour elle ; une vie plus heureuse. Par ses inquiétudes à l’approche de la mort, Meursault révèle la faiblesse humaine qu’il tenta si longtemps de dissimuler. Malgré sa froideur et son détachement du monde, il démontre son affection pour sa mère (en s’inquiétant de ce qu’elle aurait bien pu ressentir à ce moment atroce) et ; en l’appelant par le nom « maman », Meursault démontre son authentique attachement filial à l’égard de celle qui lui a donné la vie.

Inscrivez-vous pour continuer à lire La figure de la mère >

Dissertation à propos de L'Etranger