L'Etranger

par

La révolte de Meursault

L’Etranger de Camus est un roman qui, dans son sens propre, traite du sujet de révolte. Révolte du héros contre la société, révolte de Meursault contre l’Etat. Néanmoins, sa rébellion ne s’effectue pas par des actes de vandalisme ou de boycottage, mais plutôt par omission consciente et volontaire. Il s’obstine à faire et à dire ce qu’il devrait faire et dire (pleurer aux funérailles de sa mère par exemple, ou dévoiler son amour envers Marie). Nous faisons face ainsi face à un héros passif-agressif.

Intérieurement frustré, Meursault laisse sa colère et son dégout de la société l’envahir à petit feu. Pire encore, il se rebelle contre l’Eglise (qui lui envoie un aumônier pour lui donner son dernier sacrement au jour de sa condamnation). En analysant sa conversation avec cet homme de Dieu, on se rend compte que Meursault n’a point de foi. Il se moque de l’hypothèse religieuse du pardon, car pour lui tout homme est destiné à payer lui-même ses fautes. Ainsi donc, par l’intensité de sa révolte, Meursault fait subtilement glisser l’importance qu’il donne à la vie, bien plus encore à la qualité d’une vie.

Inscrivez-vous pour continuer à lire La révolte de Meursault >

Dissertation à propos de L'Etranger