L'immoraliste

par

La confession et la quête de la liberté individuelle : le nouvel être

Michel se confesse : le récit s'articule comme une forme de retour en arrière : il se situe dans le désert au sud de l'Algérie à Sidi b. M où les scripteurs sont venus le rejoindre, en pleine nuit, là où il a décidé de vivre, là où il est retourné, là où sa femme vient de mourir. Il s'adresse à ses amis venus l'écouter se confesser ainsi : '' Arrachez-moi d'ici à présent, et donnez-moi des raisons d'être. Moi je ne sais plus en trouver. Je me suis délivré, c'est possible ; mais qu'importe ? Je souffre de cette liberté sans emploi '', ce nouvel être qu'il est devenu est libre, totalement libre, il en est totalement désœuvré.

Dans ce roman (ou plutôt discours continu sur l’Homme), l'auteur fait un hommage à tous les grands écrivains, tous les grands philosophes qui consacrèrent leurs œuvres à la liberté individuelle de l'homme ; ainsi apparaissent les grandes figures de la littérature et de la philosophie tels que Montaigne, Rousseau, Stendhal et d'autres. Gide y expose le besoin de l'homme de rechercher la vérité, sa propre vérité, sans rien sacraliser, sans ériger quoi que ce soit en vérité absolue ou juste, afin de conserver au maximum l'autonomie de l'individu. Il suffit ainsi de répondre à la question : '' qu'ai-je toujours voulu être ? '' Si l'on ne trouve pas que sa propre réponse correspond à la réalité présente, alors il faut changer. Michel dira '' Savoir se libérer n'est rien ; l'ardu, c'est savoir être libre''

Dans le désert, il se laisse porter par ses envies, le soleil, redevenir quasiment un animal sauvage et retrouver des sensations pures sans les filtres de ce que l'on sait : '' je sentais extraordinairement '', résume son état d'esprit de simplicité.

La nécessité de changer est présente : Cela passera par une volonté sans faille de se sentir soi-même, sentir son corps, sentir la vie en soi, et l'abandon progressif de tout ce qu'il a connu sans le choisir ; il décide de vivre pour lui-même, de faire ses choix et d'abandonner les conformismes, son éducation passée pour voir l'avenir avec envie. Il veut arrêter son métier, '' les vieilles pierres mortes '' pour se tourner vers la chaleur humaine, le présent, le futur. Il obtient une chaire au collège de France à Paris, mais ne s'y trouve pas beaucoup mieux.

Parmi les exemples de renversement dans son mode de vie, lorsqu'il retourne dans sa propriété de Normandie à La Morinière, Michel va changer d'angle d'observation et de centre d'intérêt : l'année précédente, il s'était beaucoup intéressé à la gestion des champs de sa propriété. L'année suivante, Michel va s'intéresser aux hommes, aux ouvriers de l'exploitation, tout comme aux autres individus autour de ces exploitations comme les brigands, les pauvres gens alcooliques ou les braconniers. Il va donc vouloir vivre différemment, rencontrer d'autres personnes et croire en l'être humain, découvrir d'autres horizons, d'autres gens et s'ouvrir aux autres, en essayant de comprendre les parcours de chacun, se détachant du matériel.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La confession et la quête de la liberté individuelle : le nouvel être >