La Mort d’Ivan Ilitch

par

Schwartz

C’est un collègue de Piotr Ivanovitch, qui s’est également rendu aux funérailles. Il est décrit comme un véritable dandy : un homme doté d’une « grâce solennelle », d’un style particulier et d’une élégance remarquable, et dont la figure arbore toujours des « favoris à l’anglaise ». Il a aussi un côté prétentieux.

Schwartz est un homme discret ; on le remarque à la manière dont il communique avec son ami Piotr lors des funérailles. Il fait passer son message par des indices de communication non verbale : « les lèvres sévèrement pincées […] le regard enjoué » et aussi « un mouvement de sourcils » lui permettent d’indiquer à Piotr la chambre du défunt, à droite.

Comparé à Piotr, Schwartz donne l’impression d’être un homme insensible. Il ne se laisse affecter ni par la tristesse environnante, ni par les « saintes » cérémonies qui prennent place lors de la mise en bière, et pour lui : « il n’y a aucune raison de penser que cet incident puisse […] empêcher de passer agréablement cette soirée », qui doit être une nouvelle partie de cartes.

Il reproche subtilement à Piotr de se laisser contaminer par cette tristesse lorsqu’il accepte de suivre Prascovie qui demande secrètement à lui parler : « il ne faudra pas nous en vouloir si nous prenons un autre partenaire. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Schwartz >