La mort n'est pas une fin

par

Imhotep

Ce prêtre au service du dieu Kâ, œuvrant pour le temple des Morts, entretient, à l’instar de tous les Égyptiens de l’Antiquité, une relation très étroite avec les nombreuses divinités qui peuplent cette religion polythéiste. Sa première épouse, Ashayet, est morte prématurément et n’apparaît pas dans le roman ; la seule concubine qu’on lui connaît est Nofret.

Imhotep a quatre enfants : ses fils Ipy, Yahmose, Sobek, et sa fille Renisenb. L’homme exerce son statut de père de famille, de sommité religieuse et de notable avec un sentiment de supériorité non dissimulé. Il se complaît à exiger des autres qu’ils se plient à tous ses désirs. Il considère par ailleurs ses possessions terriennes comme un signe indubitable de puissance et de force.

En réalité, l’homme se révèle indécis, incapable d’arrêter son jugement sur une véritable décision. Son physique témoigne également, par un jeu d’exagération de la part de l’auteure, d’une certaine faiblesse d’esprit et de tempérament : de petite taille, adipeux et indéniablement peu fier de sa personne, son malaise sous-jacent se manifeste par une tyrannie constante vis-à-vis de ses proches.

 Cette faiblesse morale, ce manque de caractère lui en coûteront lorsqu’il ramènera la jeune Nofret sous son toit, la déclarant sa concubine. En effet, face à l’accueil unanimement froid qu’elle reçoit, le teigneux personnage refuse de voir la réalité en face et de comprendre que la vie de sa nouvelle compagne est en danger.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Imhotep >