La mort n'est pas une fin

par

Le genre romanesque policier

Dans La Lort n’est pas une fin, se trouvent réunis tous les éléments qui composent habituellement le roman policier, quand bien même le cadre historique est relativement atypique pour l’écriture d’un tel type d’œuvre : 2000 ans av. J.-C. dans l’Égypte ancienne.

Tout d’abord, Agatha Christie met en avant le personnage de Nofret, cible idéale qui ne peut que connaître une destinée tragique. En effet, elle condense toutes les caractéristiques d’une cible potentielle : elle apparaît comme étrangère, prenant sans scrupules la place de la véritable mère dans le foyer, alors qu’elle est trop jeune pour prétendre à un tel titre. Elle mène en outre le père par le bout du nez. Le facteur émotionnel intervient donc en premier lieu pour faire de Nofret un motif de concentration de haine et de ressentiment. Mais un deuxième motif vient s’ajouter à cette première vision peu flatteuse qu’ont d’elle les membres de la famille d’Imhotep : le facteur monétaire. En effet, lorsqu’une nouvelle concubine vient s’installer dans une demeure, il est normal pour les membres du foyer de contribuer à l’achat de sa parure, de ses...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le genre romanesque policier >

Dissertation à propos de La mort n'est pas une fin