La mort n'est pas une fin

par

La thématique du couple

Agatha Christie joue beaucoup sur l’assemblage des potentiels suspects et protagonistes de l’histoire par couples. D’ores et déjà, le lecteur prend conscience que c’est la question première du mariage et du concubinage qui va provoquer les malheurs successifs de la famille. Et cette thématique revient en effet tout au long des pages.

Tout commence avec l’intrusion d’une femme qui n’a aucune des qualités requises pour être mère de famille. Ainsi, une rupture est instaurée dès le départ dans l’harmonie du couple, ce que nous retrouvons ensuite comme un reflet en Yahmose et Satipy, qui sont tous deux le jour et la nuit. Tandis que l’époux est faible en matière de décision et de caractère, son épouse, elle, est vive et prend plaisir à rudoyer quiconque passe à sa portée, ne passant par inaperçue par son entrain. Il en va de même pour Kait et Sobek. L’époux, brutal et impulsif de caractère, s’assortit bien mal avec sa femme douce et effacée. Ainsi, la discorde, le manque d’harmonie semblent s’être immiscés dès le départ dans le foyer d’Imhotep, et l’intrusion de Nofret semble exacerber ces tensions déjà...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La thématique du couple >

Dissertation à propos de La mort n'est pas une fin