La Nuit du Renard

par

August Rommel Taggert

L’« occupant de la chambre 932 » del’hôtel Biltmore est un individu solitaire, au comportement asocial, à lapersonnalité double. August Rommel Taggert est l’archétype du méchant. Lesseuls sentiments qu’on le voit éprouver sont un amour malsain envers sesvictimes et la frustration qu’il ressent quand cet amour n’est pas payé deretour. De plus, s’il semble dénué de pitié envers ses victimes qu’il faitsouffrir et séquestre dans des conditions épouvantables ; il aime les tuer,se repaît de leur agonie, et va jusqu’à les photographier au moment de leurmort en enregistrant sur cassette leurs derniers instants. Pour compléter cetableau peu plaisant, précisons qu’il est prêt à tuer des centaines depersonnes dans un attentat que rien ne justifie sinon son égocentrisme maladif,en détruisant au passage un monument historique. Bref, il est détestable. Lelecteur, à moins d’être lui-même un psychopathe, ne risque pas de s’identifierà lui.

Mary Higgins Clark brosse son portait à grandstraits, elle décrit un homme qui a toujours mené une vie minable dans laquelleil n’a pas trouvé de bonheur. Aussi loin qu’il se souvienne, il n’a éprouvé quefrustration. S’il choisit cette pièce oubliée au cœur de la plus grande gareferroviaire des États-Unis, c’est parce qu’il y a travaillé comme plongeur,emploi qu’il juge dégradant et qui lui a fait haïr les plus privilégiés quelui. Autrefois, il n’était qu’un laveur de vaisselle chargé des bassesbesognes. Tout a changé maintenant : « Ici, il était le maître,l’organisateur. »

Il n’est quand même pas dénué de qualités,puisqu’il est un bon garagiste, tous les gens du quartier le connaissent pourcela, et il est capable d’avoir des relations humaines, comme en témoigne lenombre de copains qu’il a au bar qu’il fréquente. Mais c’est le mal qui dominechez lui, il a déjà tué et a échappé de peu à la police.

Mary Higgins Clark ne le décrit pasphysiquement, le lecteur peut lui donner le visage qu’il désire. Dernierdétail, son second prénom. Rommel était un général allemand au service du IIIeReich, surnommé par ses hommes et ses adversaires le Renard du Désert (d’où lesurnom qu’il se donne, Renard), en raison de son habileté tactique lors de laguerre qu’il mena contre les alliés en Afrique du Nord. Premier point : Rommelétait un ennemi des alliés (des « gentils », en quelque sorte) et cechoix de prénom enracine définitivement Taggert dans le camp des méchants, touten le créditant d’une intelligence digne de celle de son parrain. Deuxièmepoint : l’action se déroule dans les années 1970, Taggert a un peu plus detrente ans. Il est donc né dans les années 40. Que laisse supposer un tel choixde prénom ? Peut-être que ses parents appréciaient suffisammentl’idéologie nazie pour marquer leur fils du nom d’un des plus brillantspersonnages de cette sombre idéologie, ce qui laisse deviner une éducationmalsaine et au service du mal. Enfin, on ne peut s’empêcher de noter que malgréson intelligence et ses nombreuses victoires militaires, le maréchal Rommelfait partie du camp des vaincus. Dès sa naissance, August Rommel Taggert a doncété marqué du sceau des perdants.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur August Rommel Taggert >