La Nuit du Renard

par

Steve Peterson

Le lecteur le découvre à travers le regard que Renard porte sur lui, alors qu'il le voit à la télévision : « L'homme à droite avait une trentaine d'années. Ses cheveux cendrés, parsemés de fils gris, étaient un peu décoiffés. [...] Son menton posé sur le bout des doigts lui donnait une attitude de prière qu'accentuaient des sourcils sombres, arqués sur des yeux d'un bleu hivernal. » Né dans un milieu modeste, il a fait de belles études et il est devenu un brillant journaliste (rédacteur en chef du magazine L’Évènement) ; il est en outre le père d'un petit garçon, Neil. À ce titre, il incarne une forme du rêve américain, auquel le lecteur s'identifie aisément.

Sa femme, Nina, a été assassinée quelques années plus tôt et un jeune homme (Ronald Thompson) a été condamné pour ce crime ; il doit être exécuté dans les heures qui viennent. Steve s'est fait le porte-parole des familles de victimes de crimes de sang et milite pour la peine capitale, en utilisant des arguments simples, apparemment sans haine et sans crainte. C'est un homme que la mort de sa première femme a brisé et qui ne retrouve un semblant de bonheur que grâce à l'amour que Sharon et lui partagent. L'enlèvement de cette dernière le fait basculer à nouveau dans le cauchemar. Il est la victime innocente et désignée de Renard, qu'il n'a jamais vu, ne connaît pas, à qui il n'a fait aucun tort. Il subit l'action, mais tout se termine bien pour lui : il retrouve son fils, sa nouvelle compagne, et tous ensemble ils vont pouvoir reprendre le cours de leur vie.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Steve Peterson >

Dissertation à propos de La Nuit du Renard