La Nuit du Renard

par

Résumé

Le journaliste Steve Peterson milite pour la peine capitale. En effet, sa femme, Nina, a été assassinée quelques années plus tôt. Neil, leur fils, a assisté au crime. C’est un jeune homme du voisinage, Ronald Thompson, vu s’enfuyant du lieu du crime, qui a été arrêté, jugé et condamné. Il doit être exécuté dans quelques heures. Sa culpabilité semble établie, même aux yeux de Sharon Martin, une militante qui prône l’abolition de la peine capitale. Elle et Steve Peterson se sont rencontrés lors d’un débat télévisé et sont tombés amoureux l’un de l’autre. Ils tâchent de faire vivre leur amour en dépit de leur profonde divergence d’opinions.

Au soir où le lecteur découvre les personnages, à quelques heures de l’exécution de Ronald Thompson, Sharon doit aller passer la soirée chez Steve afin de garder Neil en l’absence de son père, dans sa maison de la banlieue de New York. Alors que la jeune femme et l’enfant passent la soirée ensemble, on frappe à la porte. Sharon ouvre, et un inconnu se jette sur elle, la frappe ; puis il bâillonne Neil et le fourre dans un grand sac de marin. Il menace Sharon, l’oblige à monter avec l’enfant dans une vieille voiture. Avant de partir pour une destination inconnue, le ravisseur écrit un message destiné à Steve Peterson sur le tableau de la cuisine. Il signe du nom de Renard.

Pour Steve, c’est le cauchemar qui recommence. Il contacte la police et l’affaire est confiée à Hugh Taylor du FBI. C’est lui qui était en charge du meurtre de Nina, l’épouse de Steve, quelques années plus tôt. Steve tente de faire face au drame, mais il est bouleversé. Hugh Taylor le soutient, ainsi que ses voisins, Glenda et Roger Perry, et aussi M. et Mme Lufts. Ce sont ces derniers qui s’occupent de Neil quand le travail de Steve l’oblige à s’absenter. Quant à Glenda Perry, c’est à la suite de son témoignage que Ronald Thompson a été condamné. Autre soutien, discret, celui de Marian Vogler, la nouvelle employée de maison. C’est une femme timide et effacée, qui vient de vivre une aventure désagréable : on a volé sa vieille voiture. Heureusement elle a été retrouvée, mais bien loin de chez elle, près de Grand Central Station, la grande gare de New York. Petite consolation, elle a trouvé dans sa voiture une bague coincée entre deux coussins d’un siège, sans doute perdue par les voleurs.

Renard a donc fait monter Sharon et Neil en voiture, en fait la voiture volée à Marian Vogler. Il les a emmenés à Grand Central Station, les a fait descendre dans les sous-sols, jusqu’à une pièce abandonnée, qui était autrefois la salle de plonge du restaurant Oyster Bar. Il attache et bâillonne la jeune femme et l’enfant et les enferme dans ce lieu obscur, non sans avoir piégé la porte. Si quelqu’un tente de pénétrer dans la pièce, une puissante bombe explosera et détruira la gare tout entière. Renard est un psychopathe, et Sharon comprend qu’il n’a pas l’intention de les libérer, il les tuera en faisant exploser la bombe, provoquant la mort de centaines de personnes. De plus, Neil lui confie une information stupéfiante : quand il a vu Renard, il a reconnu l’homme qui a tué sa mère quelques années plus tôt. De son côté, Renard ne se montre pas inactif, et réclame à Steve une rançon d’un montant de quatre-vingt-deux mille dollars, montant étrangement précis qui est exactement celui de ses économies. D’où Renard tient-il cette information ? Steve suit les instructions de Renard et va livrer l’argent au ravisseur. Ce dernier a fixé un ultimatum pour ses exigences, et cet ultimatum – le moment où il doit tuer ses otages – correspond à l’heure de l’exécution de Ronald Thompson. Renard récupère l’argent et, en échange, donne à Steve une cassette sur laquelle on entend les voix de Neil et Sharon, mais aussi la voix de sa femme, Nina, enregistrée au moment où elle ouvre la porte à son assassin. Renard a disparu avec l’argent, Neil et Sharon sont introuvables, la situation semble bloquée.

Steve n’a pas dormi depuis vingt-quatre heures. Il est chez les Perry avec Hugh. La timide Marian est là, qui sert du thé à la ronde. Elle porte la bague qu’elle a trouvée dans sa voiture. Soudain, le regard de Steve se fige sur cette bague. C’est celle qu’il a offerte à Sharon ! Marian raconte son histoire et tous comprennent ce qui s’est passé : Renard a volé la voiture de Marian Vogler, a enlevé Neil et Sharon avant de les conduire près de Grand Central Station. Les renseignements hétéroclites en leur possession se rassemblent et la vérité se fait jour. Renard est un garagiste du quartier, un dénommé August Rommel Taggert. Rommel… le Renard du Désert (surnom donné à Rommel, général allemand de l’Afrikakorps pendant la Seconde Guerre mondiale) ! Il va parfois prendre un verre dans le bar que fréquente M. Lufts, qui l’a renseigné bien involontairement sur la vie de Steve.

Tout va alors très vite et la police investit Grand Central Station. Mais Renard a bien choisi sa cachette : personne ne connaît la pièce où sont enfermés ses otages. Personne, sauf Lally, une de ces personnes sans domicile fixe qui vivent dans la grande gare de New York. Elle avait fait de cette pièce abandonnée son endroit secret, son refuge, aussi est-elle indignée quand elle voit que quelqu’un a osé s’y introduire. Elle descend dans les sous-sols de la gare dans l’intention de faire partir les intrus, mais Renard la poignarde. Dans un dernier sursaut, la malheureuse veut aller mourir dans son refuge et parvient à ouvrir la porte de la pièce. A l’aide du couteau planté dans le dos de Lally, Sharon parvient à couper ses liens, libère Neil qu’elle fait partir au plus vite. L’enfant court et retrouve son père, venu avec la police. L’enfant guide les démineurs vers la pièce. Renard est là, qui s’apprête à tuer Sharon, mais l’arrivée de la police l’en empêche. Renard meurt finalement dans l’explosion de sa bombe. Enfin, l’innocence de Ronald Thompson est démontrée et il échappe in extremis à la chaise électrique.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >