La Nuit du Renard

par

La question de la peine capitale dans La Nuit du Renard

L'originalité du roman est que la question de la peine capitale se trouve au centre de l'action. En effet, un jeune homme, Ronald Thompson, va être exécuté pour le meurtre de Nina Peterson, l'épouse de Steve et mère de Neil. Il a été condamné suite à un procès en bonne et due forme, et bien qu'il ait toujours clamé son innocence, aucun des personnages ne doute de sa culpabilité. Certains se réjouissent de l'exécution prochaine, comme les parents des camarades de classe de Neil : «  Mon père dit [...] que le type qui a tué ta mère doit griller » (sous-entendu sur la chaise électrique) ; d'autres, sans remettre en cause ce qui va se passer, estiment sobrement que ce n'est que justice. C'est le cas de Steve et de Hugh Taylor. Pourtant, il est une voix qui s'élève contre cette exécution, celle de Sharon.

Ne nous méprenons pas : Sharon est elle aussi persuadée de la culpabilité de Ronald. Le fond de son combat, et c'est là l'originalité du roman, est qu'elle est une vraie abolitionniste, ce qui n'était pas courant aux États-Unis dans les années 1970, et ne l'est guère plus en ce début de XXIe siècle. Sa position est la suivante : « Je crois la peine de mort dénuée de sens, indigne de l'homme civilisé. [...] Je crois que c'est notre respect pour la vie, pour toute vie, qui est la preuve finale que nous agissons en tant qu'individus et en tant que société. »

Qu'un point de vue...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La question de la peine capitale dans La Nuit du Renard >

Dissertation à propos de La Nuit du Renard